Guerre en Ukraine: Macron appelle la Norvège à aider à contenir le prix du gaz

CONFLIT Retrouvez les informations du mercredi 28 septembre 2022

X.M., X.R., C.d.S
— 
Emmanuel Macron à l'Elysée le 26 septembre 2022.
Emmanuel Macron à l'Elysée le 26 septembre 2022. — Raphael Lafargue - POOL/SIPA

L’ESSENTIEL

  • Hors service à cause de la guerre en Ukraine, les gazoducs Nord Stream reliant la Russie à l’Allemagne sous la mer Baltique sont touchés par des fuites spectaculaires, mystérieuses et précédées d’explosions sous-marines. Plusieurs pays de l’UE ainsi que la présidente de la Commission européenne parlent de « sabotage ».
  • Les autorités prorusses des régions ukrainiennes de Zaporojie, Kherson, Lougansk et Donetsk ont revendiqué mardi la victoire du « oui » en faveur d’une annexion par la Russie, lors des « référendums » organisés par Moscou.
  • La prochaine étape revient au Parlement russe, censé voter dans les jours qui viennent un traité formalisant l’intégration des quatre régions au territoire russe. Vladimir Poutine pourrait ensuite prononcer un discours dès le 30 septembre pour annoncer formellement l’annexion des territoires ukrainiens, selon les agences russes.
  • Le G7 a juré de ne « jamais reconnaître » les résultats et Washington a promis une réplique « sévère » avec de nouvelles sanctions économiques. Par la voix de son ambassadeur à l’ONU, la Chine a pour sa part appelé au respect de « l’intégrité territoriale de tous les pays ».

A VOIR

A LIRE AUSSI




22h45 : Fin de ce live

Merci d'avoir passé la journée avec nous, on remet ça demain matin!

22h15 : Macron appelle la Norvège à aider à contenir le prix du gaz

Le président français a appelé la Norvège, désormais premier fournisseur de gaz de l'Europe, à «renforcer son action» pour lutter contre l'envolée des prix gaziers induite par la guerre en Ukraine.Lors d'un entretien téléphonique avec le Premier ministre Jonas Gahr Støre, le chef de l'Etat a «salué les efforts de la Norvège pour augmenter ses exportations et contribuer ainsi à réduire la dépendance européenne aux hydrocarbures russes», a précisé l'Elysée.

Le pays scandinave produit actuellement à plein régime. Selon des prévisions officielles, ses exportations de gaz pourraient atteindre un niveau record de 122 milliards de m3 cette année. A comparer aux quelque 150 milliards de m3 de gaz par an fournis par la Russie à l'Union européenne avant la guerre.

Face à l'envolée des prix, plusieurs Etats européens, dont l'Italie, préconisent un plafonnement des prix du gaz acheté non seulement à la Russie mais aussi à d'autres pays producteurs comme la Norvège, une proposition accueillie fraîchement par Oslo.

21h45 : La fuite sur les pipelines Nord Stream devrait avoir un impact limité sur le climat

Les fuites provoquées par des explosions sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique relâchent du méthane, puissant gaz à effet de serre. Mais si l'incident ne devrait avoir qu'un impact limité sur le climat, il illustre le risque de ces émissions, selon des experts. Les gazoducs contiendraient entre 150 et 300 millions de m3, selon les estimations. L'équivalent de la consommation annuelle de 124.000 ménages britanniques et de  1% des émissions annuelles de méthane liées au secteur des hydrocarbures en Russie.

20h57 : Trois poètes incarcérés après la lecture d’un texte anti-guerre

Un tribunal russe a ordonné mercredi l’incarcération de trois jeunes poètes qui avaient participé à une lecture littéraire contre la mobilisation pour combattre en Ukraine, l’un d’eux affirmant avoir été violé par la police lors de son arrestation.

Selon l’ONG spécialisée OVD-Info, Artiom Kamardine, Egor Chtovba et Nikolaï Daïneko ont été placés en détention provisoire pour deux mois.

20h45 : Washington ne reconnaîtra « jamais » des annexions par la Russie

« Nous ne reconnaîtrons jamais ces tentatives illégales et illégitimes d’annexion » a dit mercredi la porte-parole de la Maison Blanche après la tenue en Ukraine de « référendums » dénoncés par Kiev et les Occidentaux.

Karine Jean-Pierre a assuré que les Etats-Unis et leurs alliés préparaient des sanctions économiques « supplémentaires » contre Moscou, qui a affirmé mercredi que les quatre régions ukrainiennes sous son contrôle avaient fait « un choix libre en faveur de la Russie »

20h35 : Quels pays fournissent le plus d’armements à l’Ukraine ?

De manière surprenante, c’est la Russie, via l’artillerie capturée par les soldats ukrainiens, qui est en première place.




20h10 : Vous avez raté les derniers événements sur la guerre en Ukraine ?

Pas de panique, 20 Minutes fait le point pour vous tous les soirs, à 19h30. Qui a fait quoi ? Qui a dit quoi ? Où en somme nous ? La réponse ci-dessous :



19h45 : La Russie ouvre une enquête pour « acte de terrorisme international »

Les services de sécurité russes (FSB) ont ouvert une enquête pour « acte de terrorisme international » après le sabotage présumé des gazoducs Nord Stream en mer Baltique, a indiqué mercredi le Parquet général russe.

« Sur la base d’éléments envoyés par le Parquet général russe (…) l’organe d’investigation du FSB a ouvert une affaire criminelle. Une enquête préliminaire a commencé », a déclaré le Parquet dans un communiqué publié sur son compte Telegram.

19h25 : Le Canada ne reconnaîtra « jamais » les résultats des référendums d’annexion

Le Canada ne reconnaîtra jamais les résultats « des simulacres de référendums » tenus par la Russie en Ukraine, a affirmé le Premier ministre Justin Trudeau lors d’un entretien mercredi avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

« Les soi-disant référendums tenus par la Russie dans les régions illégalement occupées de Donetsk, de Lougansk, de Kherson et de Zaporojie, en Ukraine, n’ont absolument aucune légitimité », a déclaré le chef du gouvernement canadien.

« Le Canada ne reconnaît pas et ne reconnaîtra jamais les résultats de ces simulacres de référendums ou toute tentative illégale d’annexion de territoires ukrainiens par la Russie ».


18h58 : Washington annonce débloquer encore 1,1 milliard de dollars d’aide militaire pour l’Ukraine

Le Pentagone a annoncé mercredi une nouvelle tranche d’aide militaire de 1,1 milliard de dollars à l’Ukraine, sous la forme de commandes d’armement à l’industrie de défense américaine.

Cette nouvelle aide, destinée à renforcer la défense du pays à moyen et long terme, comprend notamment 18 systèmes d’artillerie de précision Himars, 150 véhicules blindés « Humvees », 150 véhicules tactiques tracteurs d’armement, des radars et des systèmes de défense anti-drones, a précisé le ministère de la Défense américain dans un communiqué.

Il ne s’agit pas d’armement destiné aux forces ukrainiennes qui combattent actuellement contre les forces russes dans l’est et le sud du pays, mais d’équipements qui ne seront pas livrés à Kiev avant plusieurs mois.


18h46 : Le sabotage de Nord Stream au menu du Conseil de sécurité de l’ONU vendredi

Le Conseil de sécurité de l’ONU va se réunir ce vendredi à la demande de la Russie sur le sabotage présumé des gazoducs Nord Stream en mer Baltique, a annoncé la Suède.

« La France, en tant que présidente du Conseil de sécurité, nous a informés que la Russie avait demandé une réunion sur les fuites de Nord Stream et que cette réunion était prévue vendredi », a déclaré la ministre suédoise des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse.

La Suède et le Danemark ont été chargés de donner des informations aux membres du Conseil sur ces fuites survenues dans leurs zones économiques exclusives, a-t-elle précisé.


18h06 : Le renseignement suédois saisi d’une enquête pour « sabotage aggravé »

Le service de renseignement suédois a annoncé mercredi prendre la tête d’une enquête pour « sabotage aggravé » après les explosions de lundi, suspectées d’avoir provoqué les fuites sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique.

La sûreté suédoise (Säpo) « a repris à la police l’enquête préliminaire concernant les évènements survenus sur Nord Stream. Le motif retenu est actuellement de sabotage aggravé », indique le service dans un communiqué.


17h36 : Un navire chargé de 1.000 tonnes d’aide française a quitté le port de Marseille

Un navire transportant plus de 1.000 tonnes d’aide pour l’Ukraine, l’acheminement humanitaire le plus important apporté par la France depuis le début de l’invasion russe, a appareillé mercredi en fin d’après-midi du port de Marseille, a constaté l’AFP.

« Ce bateau matérialise concrètement notre solidarité. Il aurait été inconcevable que nous restions indifférents au sort du peuple ukrainien qui subit dans sa chair cette guerre, une guerre qu’il n’a pas choisie et contre laquelle il résiste avec tant de courage », a déclaré la ministre française des Affaires étrangères Catherine Colonna venue sur le port de la deuxième ville de France pour l’occasion.


17h25 : Moscou affirme que les régions ukrainiennes occupées ont fait un « choix libre en faveur de la Russie »

La diplomatie russe a affirmé mercredi que les quatre régions ukrainiennes sous contrôle de Moscou avaient fait « un choix libre en faveur de la Russie » en votant en faveur de leur annexion lors de « référendums » dénoncés par Kiev et ses alliés occidentaux.

« Les résultats de ce plébiscite parlent d’eux-mêmes : les habitants du Donbass, de Kherson et de Zaporojie ne veulent pas retourner à leur vie d’avant et ont fait un choix conscient et libre en faveur de la Russie », a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué.


17h24 : 14 blessés en Russie dans l’explosion de munitions près de la frontière ukrainienne

Au moins 14 personnes ont été blessées mercredi dans l’explosion de munitions dans la région russe de Belgorod, frontalière de l’Ukraine, a annoncé son gouverneur qui a évoqué une « erreur humaine ».

« En raison d’une erreur humaine, une détonation de munitions s’est produite dans le district urbain de Valouïski. Il y a des victimes : 14 personnes avec des blessures de gravité variable », a indiqué sur Telegram Viatcheslav Gladkov.


16h51 : Bruxelles propose aux 27 de plafonner le prix du pétrole russe

La Commission européenne a proposé mercredi aux Etats membres de l’UE de plafonner le prix du pétrole russe et d’ajouter de nouvelles restrictions aux échanges commerciaux avec la Russie, a annoncé sa présidente Ursula von der Leyen.

« Nous isolons et nous frappons encore plus l’économie de la Russie » face à la nouvelle escalade de Moscou en Ukraine, notamment l’organisation des référendums d’annexion, a expliqué la présidente de l’exécutif européen. Ces nouvelles mesures doivent encore être approuvées à l’unanimité par les Vingt-Sept pour être adoptées.


16h48 : « Ridicule » d’insinuer que les Etats-Unis pourraient être responsables de la fuite

« C’est ridicule » de la part de la Russie d’insinuer que les Etats-Unis pourraient être responsables des fuites sur les gazoducs Nord Stream, a commenté mercredi la porte-parole du Conseil de sécurité nationale de la Maison-Blanche, Adrienne Watson.

« Nous savons tous que la Russie diffuse de la désinformation depuis longtemps et elle le fait à nouveau ici », a-t-elle indiqué, après que la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova a appelé le président américain Joe Biden à dire si les Etats-Unis étaient impliqués.


16h22 : Accord entre les talibans et la Russie sur le pétrole et le blé

L’Afghanistan a conclu un accord avec la Russie prévoyant la fourniture par Moscou de millions de tonnes de produits pétroliers et de blé, soit le premier grand contrat économique passé par les talibans depuis leur retour au pouvoir.

La Russie est frappée par des sanctions occidentales sans précédent en rétorsion à son invasion de l’Ukraine, ce qui a poussé Moscou à exporter davantage vers l’Asie pour soutenir son économie.

« Le contrat a été conclu le mois dernier, quand le ministre de l’Industrie et du Commerce a visité la Russie », a déclaré mercredi à l’AFP le porte-parole de ce ministère afghan, Abdul Salam Jawad.


16h06 : La Russie va demander une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU

La Russie va demander une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU au sujet des fuites détectées sur les gazoducs Nord Stream 1 et 2, après avoir sommé Joe Biden de dire si les États-Unis étaient à l’origine de ce « sabotage », a annoncé mercredi la diplomatie russe.

« La Russie a l’intention de convoquer une réunion officielle du Conseil de sécurité de l’ONU dans le cadre des provocations concernant les gazoducs Nord Stream 1 et 2 », a affirmé sur Telegram la porte-parole de la diplomatie russe Maria Zakharova.


15h51 : « L’Allemagne ne reconnaîtra jamais les résultats » des référendums d’annexion en Ukraine

« L’Allemagne ne reconnaîtra jamais les résultats » des référendums d’annexion organisés par Moscou en Ukraine, a affirmé mercredi le chancelier allemand Olaf Scholz au président ukrainien Volodymyr Zelensky lors d’une conversation téléphonique.

« L’Allemagne continuera à soutenir l’Ukraine politiquement, financièrement, de manière humanitaire, ainsi que dans la défense de sa souveraineté et de son intégrité territoriale, y compris par des livraisons d’armes », a insisté le chancelier, selon un communiqué du gouvernement allemand.


15h33 : Après Nord Stream, la Norvège remonte la garde face au risque de sabotage

Après des observations troublantes de drones et le « sabotage » présumé des gazoducs Nord Stream, la Norvège, désormais principal fournisseur de gaz de l’Europe, renforce la sécurité autour de ses installations pétrogazières considérées comme une potentielle cible vulnérable.

Un sabotage - la piste largement privilégiée par les dirigeants européens - de ce type sur les installations norvégiennes aurait des effets catastrophiques pour le continent, qui peine déjà à couvrir ses besoins en énergie à l’approche de l’hiver.


15h10 : Une région russe frontalière de la Géorgie restreint l’entrée des véhicules

La région russe d’Ossétie du Nord, frontalière de la Géorgie où se sont formées des files d’attente géantes de Russes fuyant la mobilisation, a annoncé mercredi restreindre l’accès aux véhicules sur son territoire.

Selon la chaîne officielle du gouvernement local sur Telegram, le dirigeant de cette région Sergueï Méniaïlo a signé un décret « restreignant l’entrée des véhicules passagers sur le territoire d’Ossétie du Nord », hormis aux résidents et aux touristes.


14h45 : L’ambassade des États-Unis à Moscou demande à ses citoyens de quitter la Russie sans délai




14h43 : Les Russes qui ont fui le pays qualifiés de traîtres

Viatcheslav Viktorovitch Volodine, président de la Douma d’État de Russie, a qualifié de « traîtres » les Russes qui ont quitté le pays dans le cadre de la mobilisation.




14h16 : L’Ukraine « peut compter » sur le soutien de l’Italie, assure Meloni

L’Ukraine pourra compter sur le soutien du prochain gouvernement italien, a assuré mardi soir Giorgia Meloni, qui devrait devenir la future Première ministre du pays, après que son parti post-fasciste Fratelli d’Italia (FdI) a remporté les élections législatives dimanche.

« Vous savez que vous pouvez compter sur notre soutien loyal à la cause de la liberté du peuple ukrainien. Restez forts et gardez votre foi inébranlable ! », a tweeté en anglais Mme Meloni à l’adresse du président ukrainien Volodymyr Zelensky.

13h45 : A Moscou, les prêtres distribuent des icônes aux mobilisés




13h35 : Quelque 616 femmes captives des Russes, selon les médias ukrainiens

La Russie retient 616 femmes en captivité, dont des femmes enceintes, selon Hromadske, une web télé ukrainienne. Les autorités ukrainiennes travaillent de manière informelle et formelle pour les libérer toutes, affirme Nexta.




13h03 : La Russie ne délivrera plus de passeports aux personnes mobilisées

La Russie ne délivrera plus de passeports à ceux qui sont mobilisés par l’armée, a indiqué mercredi le portail d’information du gouvernement, au moment où des dizaines de milliers de personnes ont déjà fui à l’étranger.

« Si un citoyen a déjà été appelé pour effectuer son service militaire ou s’il a reçu une convocation (pour la mobilisation ou la conscription), le passeport international lui sera refusé », peut-on lire sur le portail d’information.


12h58 : Le Kremlin dénonce « la pression sans précédent » des Etats-Unis sur la Turquie

Le Kremlin a dénoncé mercredi « la pression sans précédent » des Etats-Unis sur la Turquie, qui va renoncer au système russe de paiement Mir, utilisé dans une poignée de pays dans le monde, par crainte de fortes représailles américaines.

« Cette décision, bien sûr, a été prise sous la pression sans précédent » de Washington, a fustigé le porte-parole du Kremlin Dmitri Peskov, jugeant « la situation complexe » pour les banques turques qui utilisaient jusque-là les cartes Mir et désormais « menacées de sanctions » économiques américaines.


12h41 : Un porte-à-porte lourdement armé




12h23 : Quelque 30.000 soldats ukrainiens ont reçu une médaille de bravoure depuis le 24 février

Le président Volodymyr Zelensky a cité ce chiffre dans un discours vidéo adressé aux étudiants et au personnel de l’université de Harvard, rapporte The Kyiv Independent.



12h09 : Les pertes militaires russes




11h51 : « Stupide et absurde » d’accuser la Russie après les fuites sur Nord Stream, dit le Kremlin

Il est « stupide et absurde » de suspecter la Russie d’être derrière les fuites massives détectées après des explosions ayant touché les gazoducs Nord Stream, a déclaré mercredi le Kremlin, alors que les Européens dénoncent un « sabotage ».

« Il était assez prévisible » que certains mettent la Russie en cause, a déclaré à la presse le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov. « Prévisible, stupide et absurde », a-t-il ajouté, affirmant que les fuites touchant Nord Stream 1 et 2 étaient « problématiques » pour Moscou, car le gaz russe qui s’en échappe « coûte très cher ».


11h42 : Les dirigeants prorusses de Lougansk et Kherson demandent à Poutine l’annexion

Les autorités prorusses des régions ukrainiennes de Lougansk et Kherson ont annoncé mercredi demander le rattachement à la Russie au président Vladimir Poutine, au lendemain d’un vote d’annexion largement condamné par la communauté internationale.

« Cher Vladimir Vladimirovitch (…) je vous demande d’examiner la question de l’adhésion de la République populaire de Lougansk à la Russie en tant que sujet de la Fédération de Russie », a déclaré le chef séparatiste prorusse de Lougansk (est), Leonid Passetchnik, dans un texte publié sur Telegram. Une lettre similaire a été envoyée par Vladimir Saldo, qui dirige l’administration d’occupation de Kherson (sud).


11h30 : Des frappes russes provoquent une importante panne d’électricité à Kharkiv

Plusieurs frappes russes ont provoqué cette nuit une importante panne d’électricité à Kharkiv, dans le nord-est de l’Ukraine, selon le gouverneur de la région, Oleg Synegoubov. L’armée russe a fait usage de « missiles S-300 », a-t-il précisé, un système d’arme sol-air régulièrement utilisé par les troupes de Moscou pour viser des infrastructures ukrainiennes, sans grande précision.

Les services de secours de la région de Kharkiv ont, de leur côté, indiqué que les frappes ont détruit un transformateur électrique et touché un entrepôt.

11h11 : « Une ou deux semaines » avant de pouvoir inspecter les gazoducs de Nord Stream endommagés

L’inspection des deux gazoducs Nord Stream endommagés par des explosions sous-marines au large d’une île danoise dans la Baltique ne pourra se faire avant une à deux semaines, a affirmé mercredi le ministre danois de la Défense.

En raison des vastes bouillonnements provoqués par les trois fuites de gaz, « cela peut facilement prendre une semaine ou deux avant que la zone soit suffisamment calme pour simplement voir ce qui s’est passé », a affirmé Morten Bødskov aux médias danois en marge d’une rencontre avec le secrétaire général de l’Otan à Bruxelles.


10h43 : A la frontière russe avec la Géorgie




10h22 : Le point sur la situation sur le terrain




09h51 : La Turquie va renoncer au système russe de paiement Mir

Les trois banques publiques turques qui utilisaient le système russe de paiement Mir vont y renoncer, a annoncé un haut responsable turc. «Il y a des paiements en cours, mais une date future a été fixée pour cela. » Deux banques privées turques avaient déjà renoncé la semaine dernière au système Mir.

09h34 : L’Ukraine « peut compter » sur le soutien de l’Italie, assure Meloni

L’Ukraine pourra compter sur le soutien du prochain gouvernement italien, a assuré mardi soir Giorgia Meloni, qui devrait devenir la future Première ministre du pays, après que son parti post-fasciste Fratelli d’Italia (FdI) a remporté les élections législatives dimanche. « Vous savez que vous pouvez compter sur notre soutien loyal à la cause de la liberté du peuple ukrainien. Restez forts et gardez votre foi inébranlable ! », a tweeté en anglais la Romaine à l’adresse du président ukrainien Volodymyr Zelensky.




09h22 : La Norvège renforce la sécurité autour de ses installations pétrolières

La Norvège, désormais principal fournisseur de gaz de l’Europe, va renforcer la sécurité autour de ses installations pétrolières, a-t-elle annoncé après le « sabotage » présumé des gazoducs Nord Stream dans la Baltique. « Le gouvernement a décidé de mettre en place des mesures pour accroître la sécurité des infrastructures, des terminaux à terre et des installations sur le plateau continental norvégien », a déclaré le ministre norvégien de l’Energie, Terje Aasland, dans un communiqué mardi soir.

09h10 : L’Ukraine réclame une hausse « significative » de l’aide militaire occidentale

La diplomatie ukrainienne a appelé mercredi à une hausse significative de l’aide militaire occidentale, au lendemain de votes d’annexion par la Russie de quatre régions ukrainiennes, scrutins largement dénoncés par la communauté internationale. « L’Ukraine appelle l’UE, l’Otan et le G7 à augmenter immédiatement et significativement la pression sur la Russie, notamment en imposant de nouvelles sanctions dures et en augmentant significativement l’aide militaire à l’Ukraine », a-t-elle dit, en demandant « des chars, des avions de combats, de l’artillerie longue portée, des systèmes de défense antiaérienne et antimissiles ».

08h50 : L’UE met en garde contre toute attaque contre ses infrastructures après les fuites de gazoducs

L’Union européenne a mis en garde mercredi contre toute attaque contre ses infrastructures énergétiques dans une déclaration publiée par le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell. « Toute perturbation délibérée des infrastructures énergétiques européennes est totalement inacceptable et fera l’objet d’une réponse vigoureuse et unie », affirme-t-il, s’exprimant au nom des 27 Etats membres de l’UE.




08h32 : La Bulgarie et la Pologne incitent leurs citoyens à quitter la Russie

Les gouvernements bulgares et polonais ont demandé à leurs citoyens restant en Russie de partir d'urgence, notamment en prévision de passages frontaliers difficiles. Dans un communiqué, le ministère bulgare des Affaires étrangères a ainsi appelé à « s'abstenir de se rendre en Fédération de Russie et recommande aux citoyens bulgares en Fédération de Russie d'envisager la possibilité de quitter le pays dès que possible, en utilisant moyens de transport actuellement disponibles ».

Le ministère polonais a fait une déclaration similaire, prévenant que « en cas de déterioration drastique de la situation sécuritaire, de fermeture de frontière ou autre circonstance imprévue, l'évacuation peut s'avérer fortement entravée voire impossible ».

08h26 : L’UE dénonce des scrutins « illégaux » en Ukraine

Le chef de la diplomatie européenne Josep Borrell a dénoncé des scrutins « illégaux » à propos des référendums d’annexion en Ukraine. « Il s’agit d’une nouvelle violation de la souveraineté et de l’intégrité territoriale de l’Ukraine, dans un contexte de violations systématiques des droits de l’Homme », a-t-il écrit sur Twitter. « Nous saluons le courage des Ukrainiens, qui continuent à s’opposer et à résister à l’invasion russe », a-t-il ajouté.





08h16 : Les pays scandinaves enquêtent sur les fuites de gazoduc

Après les importantes fuites des gazoducs Nordstream 1 et 2 au large d’une île danoise, les pays scandinaves « travaillent ensemble pour gérer la situation grave », assure Ann Linde, la ministre suédoise des Affaires étrangères. « Une coordination étroite et continue avec nos voisins et partenaires est essentielle », ajoute-t-elle. Sur la chaîne publique SVT, elle a indiqué que les possibles sabotages ne constituaient toutefois pas une attaque contre la Suède.




07h55 : Les réservistes de l'enclave de Kaliningrad s'entraînent au combat

Le ministère russe de la Défense a indiqué ce mercredi que les réservistes appelés de l'enclave de Kaliningrad, située sur la mer Baltique entre la Pologne et la Lituanie, avaient commencé leur entraînement au combat. « Tous les militaires mobilisés respectent les normes de tir avec des armes légères. En outre, les citoyens appelés de la réserve restaurent leurs compétences dans le fonctionnement et l'entretien des armes, des équipements militaires et spéciaux », a déclaré le ministère sur sa chaîne Telegram, cité par l'agence Reuters.

07h43 : Whoups

Les troupes russes se filment au petit matin (ça tourne mal).




07h31 : Raccrochez les wagons

Si vous avez eu un peu de mal à suivre en ce début de semaine, assurez-vous d'être à jour avec notre dernier récap' !



07h13 : Les prévisions économiques pour l’Ukraine et la Russie

L’Ukraine devrait subir cette année une contraction économique massive de 30 % de son PIB, prévoit la Berd, maintenant son anticipation de mai, avant un rebond de croissance attendu de 8 % l’an prochain. « Nous pensons que les sanctions » qui ciblent la Russie en réaction à son invasion de l’Ukraine « vont avoir un impact sur l’économie russe à l’avenir », conclut la cheffe économiste de l'organisation de financement, Beate Javorcik. L’organisme international prévoit une contraction de 5 % du PIB russe cette année puis encore de 3 % l’an prochain. Des prévisions inchangées depuis mai.

07h07 : La Banque européenne pour la reconstruction et le développement réduit sa prévision de croissance pour 2023

La Banque européenne pour la reconstruction et le développement (Berd) avertit que l'impact de la guerre en Ukraine va se faire sentir de plus en plus durement sur les économies de sa zone, largement centrée sur l'Europe de l'Est. Dans un rapport publié mercredi, l'institution abaisse ainsi à 3% sa prévision de croissance en 2023 dans ses régions, contre 4,7% anticipés en mai.

Cette révision «reflète un approvisionnement réduit en gaz depuis la Russie (...) et des pressions inflationnistes dans le monde comme dans les régions de la Berd», note cette dernière. Les prix du gaz en Europe «atteignent en moyenne 2,5 fois leur niveau de 2021» en termes ajustés de l'inflation, note la Berd, qui fait valoir que ses prévisions pourraient encore être «fortement abaissées si les hostilités s'aggravent ou si les exportations de gaz de Russie sont encore plus réduites».

06h42 : Le Danemark rassure

Selon les autorités danoises, les fuites sur les gazoducs Nord Stream sont sans conséquences pour la sécurité ou la santé des riverains. L’impact environnemental direct devrait lui aussi être limité, même si le gaz naturel non brûlé a un puissant effet de serre.

06h36 : L’UE parle d’un sabotage sur les gazoducs Nord Stream

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a estimé mardi que les fuites sur les gazoducs Nord Stream en mer Baltique étaient un « acte de sabotage ». « Il est primordial d’enquêter sur les incidents et de faire toute la lumière sur les événements et leurs causes. Toute perturbation délibérée de l’infrastructure énergétique européenne active est inacceptable et entraînera la réponse la plus ferme possible », a-t-elle ajouté.

06h25 : L’ONU soutient « l’intégrité territoriale de l’Ukraine »

Les Nations unies ont répété mardi leur soutien à « l’intégrité territoriale de l’Ukraine » dans ses « frontières reconnues », lors d’une réunion du Conseil de sécurité sur les « référendums » d’annexion en Ukraine que les Etats-Unis veulent voir condamner par une résolution. Il n’y a toutefois aucune chance que le Conseil de sécurité, au sein duquel la Russie dispose d’un droit de veto, parvienne à une position commune.

« Laissez-moi répéter que les Nations unies restent totalement engagées envers la souveraineté, l’unité, l’indépendance et l’intégrité territoriale de l’Ukraine, au sein de ses frontières internationalement reconnues », a déclaré la secrétaire générale adjointe de l’ONU pour les Affaires politiques Rosemary DiCarlo.

06h19 : Les prorusses annoncent la victoire du « oui » aux référendums

C’est un résultat sans surprise. Sept mois après le début de la guerre, les autorités prorusses des régions ukrainiennes de Zaporojie, Kherson, Lougansk et Donetsk ont revendiqué mardi la victoire du « oui » en faveur d’une annexion par la Russie, lors des « référendums » organisés par Moscou et dénoncés par Kiev et ses soutiens occidentaux. Ces votes concernent plus de 20 % de la surface de l’Ukraine.

La prochaine étape revient au Parlement russe, censé voter dans les jours qui viennent un traité formalisant l’intégration des quatre régions au territoire russe. Dans la foulée de ce processus parlementaire, Vladimir Poutine pourrait prononcer un discours dès le 30 septembre pour annoncer formellement l’annexion de ces territoires, selon les agences russes.

06h12 : Bienvenue sur ce nouveau Live

Bonjour à toutes et à tous. Comme chaque jour, la rédaction de 20 Minutes est mobilisée pour vous donner les dernières informations sur le conflit en Ukraine. Ce mercredi, les « référendums » et le gaz dominent l’actualité du conflit.

La tension est en effet grande autour des référendums d’annexion dans quatre territoires totalement ou en partie sous contrôle de la Russie en Ukraine. Les autorités prorusses de ces régions ont revendiqué la victoire du « oui » en faveur d’une annexion par la Russie, provoquant la colère des Occidentaux. La fuite depuis lundi sur les gazoducs Nord Stream irrite également Bruxelles, la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, parlant d’un « acte de sabotage ».