Belgique : « Menace » contre le ministre de la Justice, trois arrestations

enquête Un fusil d’assaut et des bouteilles remplies d’essence auraient été découverts à l’intérieur d’un véhicule immatriculé aux Pays-Bas, selon un quotidien flamand

20 Minutes avec AFP
— 
Le ministre de la Justice belge a été placé sous surveillance policière renforcée.
Le ministre de la Justice belge a été placé sous surveillance policière renforcée. — /SIPA

Le ministre belge de la Justice Vincent Van Quickenborne a été placé sous surveillance policière renforcée et trois suspects ont été interpellés aux Pays-Bas à la suite d’une « menace » à l’encontre du responsable, a annoncé samedi le parquet fédéral.

Selon le quotidien flamand Het Laatste Nieuws, « au moins » un fusil d’assaut et des bouteilles remplies d’essence ont été découverts à l’intérieur d’un véhicule immatriculé aux Pays-Bas, repéré à proximité du domicile du ministre dans la banlieue de Courtrai (nord-ouest).

Un transfert vers la Belgique demandé

Le parquet fédéral belge, qui n’a pas voulu confirmer cette information, a indiqué dans un communiqué que trois personnes avaient été arrêtées dans la nuit de vendredi à samedi aux Pays-Bas.

Il s’agit de trois hommes de nationalité néerlandaise, âgés de 20, 29 et 48 ans, a précisé à l’AFP une porte-parole du parquet néerlandais à La Haye. Leur transfert vers la Belgique a été demandé.

Surveillance policière renforcée

« Ma famille et moi sommes en sécurité. Notre lutte contre le crime organisé se poursuit. Avec plus de main-d’œuvre et de ressources que jamais. Nous ne nous plierons jamais à la violence », a réagi M. Van Quickenborne sur Twitter.

Le parquet fédéral belge précise avoir « été informé au cours de la semaine dernière d’une possible menace » sur le ministre de la Justice. Une enquête, confiée à un juge d’instruction, a « rapidement indiqué que cette menace devait être prise au sérieux », ajoute-t-il.

Le ministre a été placé sous surveillance policière renforcée, et ne prendra pas part à certaines activités prévues dans les « prochains jours ». Le parquet n’a voulu donner aucun autre détail sur l’enquête.