Islande : Quatre arrestations pour complot terroriste

COMPLOT La police islandaise a annoncé jeudi avoir arrêté quatre personnes lors d’une opération de grande envergure liée à la préparation d’une « attaque terroriste », ce qui serait la première arrestation de ce type dans la petite nation insulaire

20 Minutes avec AFP
Reykjavik, la capitale de l'Islande.
Reykjavik, la capitale de l'Islande. — Angela to Roxel/SIPA

« L’origine des opérations de police d’hier (…) s’inscrit dans le cadre d’une enquête sur la préparation d’une attaque terroriste », a déclaré aux journalistes Karl Steinar Valsson, commissaire national de la police islandaise. Plusieurs armes semi-automatiques, certaines imprimées en 3D, ont été saisies dans neuf endroits différents, ainsi que des « milliers » de munitions, selon la police.

Quatre Islandais âgés d’une vingtaine d’années ont été arrêtés à Kopavogur, une banlieue de la capitale Reykjavik, et dans la ville de Mosfellsbaer, dans le sud-ouest du pays, lors d’une opération de grande envergure impliquant une cinquantaine d’hommes mercredi, a précisé la même source. Deux d’entre eux ont été placés en détention provisoire jeudi.

Si les motifs sont encore inconnus, les cibles seraient « diverses institutions » et « des citoyens de l’État », selon Valsson, y compris peut-être le Parlement et la police elle-même.

Un faible taux de criminalité

La police a indiqué qu’elle cherchait à savoir s’il existait des liens entre les hommes et des organisations extrémistes et qu’elle était en contact avec les autorités étrangères. « Pour autant que nous le sachions, c’est la première fois qu’une enquête de ce type est lancée (en Islande) », a déclaré Valsson.

La petite nation de 375.000 habitants est en tête de l’indice mondial de la paix depuis qu’elle a été incluse dans le classement en 2008 et considérée comme le « pays le plus pacifique du monde ». La violence y est rare, comme en témoigne l’un des taux de criminalité les plus bas du monde, même si une recrudescence de la violence ces dernières années inquiète les autorités.