« Le foulard doit être un choix » ! A Téhéran, des femmes protestent

REBELLION Des manifestations ont fait plusieurs morts en Iran après la mort d’une jeune femme arrêtée par la police des mœurs.

20 Minutes avec AFP
— 
Une femme crie des slogans à côté d'un drapeau iranien lors d'une manifestation contre la mort de l'Iranienne Mahsa Amini, devant le consulat général d'Iran à Istanbul, en Turquie, le mercredi 21 septembre 2022.
Une femme crie des slogans à côté d'un drapeau iranien lors d'une manifestation contre la mort de l'Iranienne Mahsa Amini, devant le consulat général d'Iran à Istanbul, en Turquie, le mercredi 21 septembre 2022. — Francisco Seco/AP/SIPA

Mahtab est coiffée d’un foulard orange qui dévoile partiellement ses cheveux. « Il faut mettre fin aux agissements brutaux de la police de mœurs qui empêche les femmes de choisir leur tenue vestimentaire », lâche-t-elle, à Téhéran. « J’aime porter ce foulard comme d’autres préfèrent mettre un tchador », affirme cette maquilleuse de 22 ans dans un quartier huppé du nord de la capitale iranienne. « Mais le foulard doit être un choix, on ne doit pas nous forcer » à le mettre, ajoute-t-elle.

Des manifestations ayant fait plusieurs morts ont éclaté en Iran après que les autorités ont annoncé le 16 septembre la mort d’une jeune femme, Mahsa Amini, après son arrestation pour « port de vêtements inappropriés » par la police des mœurs, chargée de faire respecter un code vestimentaire pour les femmes.

Ni pantalons serrés ni couleurs vives

Mahtab reconnaît avoir peur de cette unité de la police mais n’a pas changé pour autant sa manière de s’habiller, ni sa façon de porter le voile. Cette police « est inutile », assène-t-elle. En Iran, les femmes ont pour obligation de se couvrir les cheveux, et la police des mœurs leur interdit en outre de porter des manteaux au-dessus du genou, des pantalons serrés, des jeans troués ainsi que des tenues de couleurs vives, entre autres.

Nazanin, une infirmière de 23 ans, préfère, elle, ne pas prendre de risque. « Je ferai désormais plus attention à la façon de porter le voile pour ne pas avoir de problème », confie-t-elle. Mais comme Mahtab, elle estime que cette unité doit être retirée des rues car « elle ne se comporte pas correctement ».

« Orientation du meurtre »

« Je ne comprends pas pourquoi ces policiers affrontent les gens alors que (…) toutes les femmes portent des foulards et des robes décentes. Si la police veut aller encore plus loin, alors c’est de l’ingérence », estime cette femme qui porte un foulard fantaisie noir, se confondant avec ces cheveux sombres. L’hostilité envers la police des mœurs qui traque le moindre faux pas vestimentaire est palpable, surtout depuis la mort de Mahsa.

Avec ce nouvel incident, les gens n’appellent plus cette unité Gasht-e Ershad (« patrouilles d’orientation ») mais Ghatl-e Ershad (« orientation du meurtre »), raconte Reyhaneh, une étudiante de 25 ans, dans le nord de Téhéran. Et de douter de « l’efficacité de l’usage de la force » envers les femmes. « Le port du hijab ne devrait pas être régi par une loi », affirme cette jeune femme qui porte un foulard beige, d’où dépassent ses cheveux.

Le foulard bien en arrière

Si dans le sud de la capitale, plus pauvre et conservateur, le port du tchador et d’habits sombres est prédominant, dans le Nord, plus aisé, les tenues sont en revanche beaucoup plus décontractées. Mercredi, après plusieurs journées de manifestations, la vie était revenue à la normale à Téhéran, et dans les quartiers nord, les filles continuaient à porter le foulard bien en arrière sans que personne ne semble leur faire des remarques.

La mort de Mahsa Amini « nous a rendues tristes. Ce qui s’est produit a bouleversé toute la société », assure Reyhaneh. La police des mœurs « devrait agir avec plus d’indulgence et être moins agressive. Le port du voile est une question personnelle et c’est le droit d’une femme de se vêtir comme elle veut », ajoute-t-elle.