20 Minutes : Actualités et infos en direct
CONFLITGuerre en Ukraine : L’invasion de l’Ukraine est un « retour à l’âge des impérialismes et des colonies », accuse Macron devant l’ONU
live

Terminé

Guerre en Ukraine : L’invasion de l’Ukraine est un « retour à l’âge des impérialismes et des colonies », accuse Macron devant l’ONU

CONFLITRetrouvez avec nous les dernières informations sur le conflit en ce mardi 20 septembre 2022
Emmanuel Macron a qualifié de «parodie» mardi l'annonce de la tenue de référendums dans quatre régions séparatistes d'Ukraine.
Emmanuel Macron a qualifié de «parodie» mardi l'annonce de la tenue de référendums dans quatre régions séparatistes d'Ukraine.  - AFP / AFP
X.M., C.d.S et M.P.

X.M., C.d.S et M.P.

L’ESSENTIEL

  • Le Kremlin a qualifié de « mensonge » la découverte de centaines de tombes dans une forêt près de la ville d’Izioum, récemment reprises par les forces ukrainiennes, dernière dénégation russe en date quant à des exactions. Selon les autorités ukrainiennes, plus de 440 tombes ont été retrouvées dans cette forêt, où la police nationale a aussi dit avoir découvert des « salles de torture ».
  • Sur le terrain lundi, l’Ukraine a accusé l’armée russe d’avoir bombardé le site de la centrale nucléaire de Pivdennooukraïnsk, dans le Sud du pays, après des semaines de tensions autour de celle de Zaporojie, occupée par Moscou et visée par de multiples frappes.
  • La traditionnelle Assemblée générale des Nations unies s’ouvre ce mardi. Pendant près d’une semaine, quelque 150 chefs d’Etat et de gouvernement du monde entier vont prendre la parole à tribune de l’ONU. Vladimir Poutine et Xi Jinping ont par contre décidé de ne pas s’y rendre.

A VOIR



A LIRE AUSSI




C’est la fin de ce live. Merci de nous avoir suivis. Retrouvez les informations liées à la guerre en Ukraine sur notre site.

22h11

Des pays de l’UE proposent à l’ONU une résolution pour nommer un expert sur la Russie

Les pays membres de l’UE sauf la Hongrie ont présenté mardi un projet de résolution demandant à l’ONU de nommer un expert chargé de surveiller la situation des droits humains en Russie, une initiative que Moscou a qualifié « politiquement biaisée ».

Après d’intenses discussions, tous les pays de l’Union européenne, à l’exception de la Hongrie, ont décidé la semaine dernière de demander au Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies de nommer un rapporteur spécial sur la Russie. Le Luxembourg a présenté le projet de résolution aux pays mardi dernier, selon des sources proches du dossier.

Cette initiative intervient dans un contexte d’inquiétude face à l’intensification de la répression en Russie, alors que la guerre fait rage dans l’Ukraine voisine. Le texte, dont l’AFP a lu une copie et qui devrait faire l’objet d’un vote au Conseil des droits de l’Homme début octobre, exprime une grave préoccupation « face à la détérioration significative de la situation des droits de l’Homme dans la Fédération de Russie ».

20h50

La « complicité » de « ceux qui se taisent »

«Ceux qui se taisent aujourd’hui servent malgré eux, ou secrètement avec une certaine complicité, la cause d’un nouvel impérialisme, d’un cynisme contemporain qui désagrège notre ordre international sans lequel la paix n’est possible », a déploré Emmanuel Macron, devant l’ONU.

20h42

Pourquoi ces référendums marquent une escalade majeure ?

Il ne faut pas « sous-estimer ce qui se passe actuellement », note l'experte des régimes post-soviétique Anna Colin-Lebedev. A dérouler.

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

20h28

Emmanuel Macron fustige le « cynisme » de Moscou

Emmanuel Macron a fustigé « cynisme » et les « simulacres de référendums » russes dans « des territoires bombardés et désormais occupés » de l’Ukraine, lors de son intervention devant l’ONU. « La Russie ne saurait imposer par sa volonté par des moyens militaires », a-t-il estimé.

20h16

« Nous avons tous un rôle pour mettre un terme [à la guerre en Ukraine] car nous en payons tous le prix », estime Macron devant l’ONU

20h13

L’invasion de l’Ukraine est un « retour à l’âge des impérialismes et des colonies », accuse Macron devant l’ONU

Le président français Emmanuel Macron a accusé mardi, à la tribune de l’Assemblée générale des Nations unies, la Russie d’avoir provoqué un « retour des impérialismes » en Europe en ayant envahi l’Ukraine fin février.

« Ce à quoi nous assistons depuis le 24 février dernier est un retour à l’âge des impérialismes et des colonies. La France le refuse et recherchera obstinément la paix », a martelé le président français.

20h01

Dans la centrale de Pivdennooukraïnsk, la menace nucléaire ravivée sur l’Ukraine

Dans un terrain vague jonché d’herbes folles, un cratère de plusieurs mètres de profondeur témoigne d’un bombardement récent sur le site de la centrale de Pivdennooukraïnsk (Sud), nouvel indice de la menace nucléaire planant sur l’Ukraine. Des petits bouts de métal gris, similaires aux morceaux de roquettes et missiles jonchant les innombrables sites ukrainiens ravagés par la guerre, parsèment la terre grasse creusée par l’impact.

A quelques dizaines de mètres du cratère, un bâtiment bas, où l’AFP n’a pu entrer lors d’une visite de presse organisée par l’opérateur ukrainien Energoatom, semble avoir eu ses portes et fenêtres arrachées. « C’est vers là qu’est allé le souffle de l’explosion », affirme Ivan Gebet, le responsable de la sécurité de la centrale.

D’après ses explications, le projectile s’est écrasé en direction de l’installation nucléaire. Une boussole montre qu’il serait parti du Sud-Est, soit des territoires sous contrôle russe. De l’autre côté du trou, un autre bâtiment, moins endommagé, a également perdu la plupart de ses vitres. De quoi angoisser les habitants de la région.

19h42

Coup d’œil dans le rétro

Si vous n’avez pas suivi les informations liées au conflit en Ukraine ce mardi, vous pouvez retrouver l’essentiel dans notre récap' quotidien :

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies



19h28

La Bourse de Moscou chute de 9 %

La Bourse de Moscou a chuté mardi de près de 9 % après l’annonce de référendums d’annexion à la Russie par les autorités prorusses installées dans les quatre régions de l’est et du sud de l’Ukraine contrôlées par Moscou.

L’indice principal Moex (en roubles) a clôturé en baisse de 8,84 %, à 2.215,67 points, tandis que le RTS (libellé en dollars) a plongé de 9,31 %, à 1.154,17 points, selon les chiffres de la plateforme financière. Ce sont les plus fortes chutes enregistrées depuis le début de l’offensive russe en Ukraine le 24 février dernier, quand les marchés avaient plongé de 33 %.

19h15

Macron qualifie de « parodie » les référendums annoncés dans les régions séparatistes

Emmanuel Macron a qualifié de « parodie » mardi l’annonce de la tenue de référendums dans quatre régions séparatistes d’Ukraine, en affirmant qu’ils n’auront « aucunes conséquences juridiques ».

« Je pense que c’est une parodie ce qui a été annoncé par la Russie. La seule chose qui existe, c’est la guerre décidée par la Russie, la résistance de l’Ukraine et la fin de la guerre que nous souhaitons », a ajouté le président français en marge de l’assemblée générale de l’ONU à New York.

19h04

L’Otan dénonce « une nouvelle escalade » dans la guerre

Le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg, a dénoncé mardi les « simulacres de référendums » organisés par les autorités installées par Moscou dans quatre régions d’Ukraine, y voyant « une nouvelle escalade de la guerre de Poutine ».

« Ces simulacres de référendums n’ont aucune légitimité et ne changent pas la nature de la guerre d’agression de la Russie contre l’Ukraine », a-t-il tweeté. « La communauté internationale doit condamner cette violation flagrante du droit international et renforcer son soutien à l’Ukraine », a-t-il ajouté.

18h50

L’Allemagne s’apprête à nationaliser le géant gazier Uniper, au bord de la faillite

Décision imminente pour géant gazier asphyxié par les coupures de gaz russe : l’Etat allemand finalise le plan de nationalisation de l’énergéticien Uniper pour éviter une faillite qui provoquerait un séisme sur le marché de l’énergie.

Le groupe allemand est « en phase finale de discussion avec le gouvernement et Fortum », société finlandaise et actuel actionnaire majoritaire de l’entreprise, a indiqué Uniper mardi dans un communiqué.

Le nouveau plan de sauvetage, après une première enveloppe débloquée d’urgence cet été, prévoit notamment que Berlin « acquiert les actions détenues par Fortum », et injecte « 8 milliards d’euros » dans le capital d’Uniper, selon la même source.

18h41

Washington fustige les « simulacres » de référendums prévus par la Russie

«La Russie organise hâtivement des simulacres de référendums » en Ukraine, a dénoncé mardi le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche. « Les Etats-Unis ne reconnaîtront jamais les prétentions de la Russie sur des parties prétendument annexées de l’Ukraine », a ajouté Jake Sullivan lors d’un point presse.

18h28

A Siversk, combats et poussée ukrainienne vers la région de Lougansk

«Ne vous inquiétez pas, ce sont les nôtres » qui tirent, dit Natalia, épicière à Siversk, imperturbable derrière son comptoir pendant que l’artillerie ukrainienne bombarde les positions russes à une dizaine de kilomètres. Si les Ukrainiens tirent, les Russes ne manquent pas de riposter, surtout la nuit.

« On n’a pas dormi », raconte Natalia qui ne souhaite pas donner son nom. Elle assure ouvrir sa petite boutique dès que la situation le permet, si les bombardements ne sont pas trop proches, car « les gens en ont besoin ». « Ça frappe très fort », dit-elle avant d’ajouter : « le matin on sort des caves, on voit les maisons brûlées ».

Au milieu de ces échanges d’artillerie qui durent depuis des semaines, les Ukrainiens disent avoir avancé leurs pions vers l’est en direction de la région de Lougansk. Lundi, Serguiï Gaïdaï, le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk a annoncé la prise de Bilogorivka, à une douzaine de kilomètres à vol d’oiseau de Siversk, annonçant que cette localité était « nettoyée et complètement sous contrôle de l’armée ukrainienne ».

18h16

Kiev va recevoir des chars slovènes après un « échange » entre Berlin et Ljubljana

L’Ukraine, en pleine contre-offensive contre la Russie, va recevoir 28 chars de combat de Slovénie, laquelle va en échange se faire livrer par l’Allemagne du matériel militaire, dont 40 camions, a annoncé mardi le gouvernement allemand. Les autorités slovènes « cèdent 28 chars de combat de conception soviétique et nous fournissons des camions militaires modernes », a annoncé dans un communiqué la ministre allemande de la Défense, Christine Lambrecht.

« Ensemble, nous complétons ainsi les livraisons directes d’armes à l’Ukraine afin de la soutenir dans sa lutte défensive courageuse contre l’agression russe », salue-t-elle. Les chars d’assaut slovènes sont de type M 55 S, une version très modernisée du tank soviétique T-55 et « sont équipés d’un système d’armement de pointe », selon Christine Lambrecht.

17h59

Moscou signifie à la France le caractère « inacceptable » des livraisons d’armes à l’Ukraine

La diplomatie russe a signifié mardi à la France le caractère « inacceptable » à ses yeux des livraisons d’armes occidentales à l’Ukraine, des approvisionnements qui ont facilité une contre-offensive ukrainienne.

« L’accent a été mis sur le caractère inacceptable de la poursuite du gavage de l’Ukraine avec des armes occidentales, dont françaises, que le régime de Kiev utilise pour bombarder des installations civiles et des infrastructures », a affirmé le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué, après qu’un vice-ministre, Alexandre Grouchko, a reçu l’ambassadeur français, Pierre Levy.

17h42

Erdogan appelle les parties à une sortie « digne » du conflit

Le président de la Turquie Recep Tayyip Erdogan a appelé devant l’assemblée générale de l’ONU à trouver une sortie « digne » à la guerre en Ukraine. « Ensemble, nous devons trouver une solution diplomatique raisonnable qui offrira aux deux parties une sortie digne de la crise », a déclaré le chef de l’Etat turc, qui a l’avantage d’avoir maintenu des relations à la fois avec Kiev et Moscou.

Il dit espérer qu’un « processus de paix équitable puisse triompher ».

17h31

« Ces référendums fictifs ne sont pas acceptables », dénonce Olaf Scholz

Le chancelier allemand Olaf Scholz a estimé mardi que « ces référendums fictifs » qu’entend organiser la Russie dans plusieurs régions ukrainiennes étaient « inacceptables ».

« Il est très clair que ces référendums fictifs ne sont pas acceptables et qu’ils ne sont pas couverts par le droit international », a-t-il déclaré à la presse en marge de l’Assemblée générale des Nations unies à New York. « Tout ceci n’est qu’une tentative d’agression impérialiste que l’on veut ainsi habiller », a ajouté le chancelier, appelant la Russie à retirer ses troupes.

17h12

La Russie écartée du tirage au sort de l’Euro-2024

La Russie, sanctionnée en raison de l’invasion militaire de l’Ukraine, a été écartée du tirage au sort des qualifications de l’Euro-2024 de football le mois prochain à Francfort, ont annoncé mardi la Fédération russe et l’UEFA.

« L’équipe nationale russe ne participera pas au tirage au sort du tour de qualification du Championnat d'Europe 2024, qui se tiendra le 9 octobre à Francfort », a annoncé mardi la fédération russe dans un communiqué. « La raison provient de la décision de l’UEFA en février de suspendre la participation des équipes nationales et des clubs russes aux compétitions de l’organisation, et ce de facto jusqu’à nouvel ordre », ajoute-t-elle.

Sujets liés