Brésil : Depuis Londres, Bolsonaro critique l’avortement, les drogues et « l’idéologie du genre »

Diatribe Venu au Royaume-Uni pour les funérailles d’Elizabeth II, Jair Bolsonaro a improvisé un discours depuis le balcon de la résidence de l’ambassadeur du Brésil

20 Minutes avec AFP
— 
Jair Bolsonaro, président du Brésil, signant le livre de condoléances de la reine Elizabeth II, le 18 septembre 2022.
Jair Bolsonaro, président du Brésil, signant le livre de condoléances de la reine Elizabeth II, le 18 septembre 2022. — Jonathan Hordle/WPA Pool/Shutter

Présent à Londres pour assister aux funérailles d’Elizabeth II, le président du Brésil n’en oublie pas pour autant qu’il est en campagne pour sa réélection. Jair Bolsonaro s’est ainsi lancé dimanche dans une diatribe contre l’avortement, les drogues et « l’idéologie du genre », s’attirant les critiques de son adversaire à la présidentielle Luiz Inacio Lula da Silva.

Arrivé dans la capitale britannique dimanche matin, Jair Bolsonaro s’est recueilli devant le cercueil de la reine, et a prononcé un discours improvisé depuis le balcon de la résidence de l’ambassadeur du Brésil devant quelques dizaines de personnes.

« Notre devise est Dieu, patrie, famille et liberté »

« Nous sommes ici dans une époque, dans un moment de deuil, avec un profond respect pour la famille de la reine et pour le peuple du Royaume-Uni », a-t-il d’abord dit. Mais il s’est ensuite lancé dans un discours électoral enflammé, affirmant que son pays « ne veut pas entendre parler de la libéralisation des drogues, de la légalisation de l’avortement » et « n’accepte pas non plus l’idéologie du genre ». « Notre devise est Dieu, patrie, famille et liberté. Et c’est le sentiment de la grande majorité du peuple brésilien ».

Ce discours à Londres, où sont réunis des dizaines de chefs d’Etat pour assister aux funérailles de la reine, lui a valu les critiques du candidat de gauche à la présidentielle d’octobre, Lula, qui l’a accusé d’avoir fait le voyage au Royaume-Uni « pour faire campagne » et « dire du mal des autres ». « Au lieu d’aller veiller la reine, il aurait été plus louable qu’il aille visiter les familles et les orphelins de victimes du Covid-19, et qu’il ait acheté les vaccins au moment opportun », a tweeté le candidat.

A deux semaines du premier tour de la présidentielle, Lula maintient une large avance avec 45 % des intentions de vote, contre 33 % pour Bolsonaro, selon un sondage publié jeudi.