Documents saisis chez Donald Trump : Un expert indépendant nommé

FEUILLETON Ce « special master » aura jusqu’au 30 novembre pour passer en revue les documents, mais le ministère de la justice devrait faire appel pour pouvoir accéder à ceux classifiés avant

20 Minutes avec AFP
— 
La résidence de Donald Trump de Mar-a-Lago, à Palm Beach, en Floride.
La résidence de Donald Trump de Mar-a-Lago, à Palm Beach, en Floride. — AFP

Donald Trump a obtenu gain de cause. Un expert indépendant, magistrat fédéral, est désormais chargé de passer en revue les milliers de documents saisis début août au domicile de l’ex-président américain, a tranché jeudi une juge, confirmant par ailleurs une décision limitant leur accès par les enquêteurs.

Le milliardaire républicain avait réclamé à la justice de nommer une tierce partie indépendante pour examiner les papiers saisis lors de la perquisition du 8 août, spectaculaire et inédite pour un ancien président.

Les enquêteurs fédéraux à l’origine de cette opération de police soupçonnent Donald Trump d’avoir gardé chez lui des documents top secret. Lundi, le ministère américain de la Justice avait dit accepter l’un des noms proposés par les avocats de Trump, et la juge de Floride Aileen Cannon l’a confirmé jeudi soir Il s’agit de Raymond Dearie, 78 ans, juge fédéral de New York partiellement à la retraite.

L'examen terminé après les midterms

Cet expert est désormais chargé de déterminer si certains documents saisis pourraient être rendus à Donald Trump, et ne seraient donc pas utilisables dans les enquêtes le visant. Il a jusqu’au 30 novembre, soit après les midterms, les élections législatives de la mi-mandat cruciales.

La juge, que Donald Trump avait lui-même nommée en 2020, a également confirmé une précédente décision contestée par le ministère de la Justice. Elle avait, la semaine passée, bloqué l’utilisation de l’ensemble des documents saisis lors de la perquisition tant que l’expert indépendant ne se serait pas prononcé. Le ministère demandait à pouvoir accéder à au moins certains d’entre eux, une centaine, classifiés. La magistrate a rejeté jeudi cette requête. Le ministère de la Justice devrait faire appel, et de nombreux experts estiment qu’il pourrait obtenir gain de cause.