Sébastien Raoult pourrait être extradé du Maroc vers les Etats-Unis

Cybercriminalité La demande américaine concernant l’étudiant français détenu au Maroc depuis juin pourrait avoir reçu un avis favorable

20 Minutes avec AFP
— 
Paul Raoult (à gauche) le père de Sébastien Raoult et son avocat Philippe Ohayon le 29 juillet.
Paul Raoult (à gauche) le père de Sébastien Raoult et son avocat Philippe Ohayon le 29 juillet. — BERTRAND GUAY/AFP

Et si l’affaire Sébastien Raoult rebondissait aux Etats-Unis ? Cet étudiant d’Epinal soupçonné dans une affaire de cybercriminalité contre des entreprises américaines notamment, est détenu au Maroc depuis juin. Mais la Cour de Cassation de ce pays a prononcé en juillet un « avis favorable » à son extradition vers les Etats-Unis, selon un document officiel consulté lundi par l’AFP.

A travers cette décision, la plus haute cour du pays n’a pas ordonné l’extradition du Français de 21 ans, incarcéré depuis deux mois au Maroc, mais s’y est dite favorable. L’extradition elle-même ne peut être décidée que « par le Premier ministre sur proposition d’une commission réunissant aussi les ministres des Affaires étrangères et de la Justice », a-t-on ajouté de même source.

« Sacrifié par la France »

Pour motiver sa décision, la Cour de Cassation indique que la demande d’extradition a été présentée par les Etats-Unis « dans le délai prévu par la loi », accompagnée de tous les documents nécessaires (mandat d’arrêt, résumé des faits et informations sur l’identité du suspect).

En outre, elle précise que les « crimes » pour lesquels il est réclamé par les Américains « ont leurs équivalents dans le Code pénal marocain » et ajoute que « la demande d’extradition remplit toutes les conditions exigées par la loi ».

L’avocat français de Sébastien Raoult, Philippe Ohayon, a réagi en réitérant sa demande d’ouverture d’une enquête judiciaire en France, assortie d’un mandat d’arrêt français pour obtenir l’extradition de son client vers la France.

« Nous estimons que Sébastien Raoult n’a pas simplement été abandonné par la France, mais qu’il a été sacrifié, au vu de l’opération de police franco-américaine du 31 mai avec l’interpellation en France de cinq autres personnes dans ce dossier », soit le même jour que l’arrestation de son client au Maroc.