Jour J pour la réforme de santé d’Obama

ETATS-UNIS Le vote définitif sur l'adoption du texte doit intervenir ce dimanche...

N. B. avec agence

— 

Barack Obama, lors de son premier discours sur l'état de l'Union, le 27 janvier 2010
Barack Obama, lors de son premier discours sur l'état de l'Union, le 27 janvier 2010 — REUTERS

C’est le grand jour pour Barack Obama. La Chambre des représentants américaine doit se prononcer ce dimanche sur une réforme historique de l'assurance maladie. De ce vote crucial mais incertain dépend la suite du mandat du président Obama à la Maison Blanche, puisqu'il en a fait sa priorité.

Après un vote de procédure, la Chambre des représentants votera directement dimanche à partir de 14h (20h heure française) sur le projet de loi adopté au Sénat le 24 décembre. S'il est approuvé, le texte ira à la Maison Blanche et le président Obama, qui l'a défendu envers et contre tous, le promulguera.

«Health-care Cliffhanger», titrait en Une dimanche le Washington Post, pour bien souligner que le tout-Washington retenait son souffle à quelques heures de ce vote «à suspense» sur l'assurance maladie, après un an de tractations et de retournements inattendus.

«Ne le faites pas pour moi»


Samedi, le président Obama s'est rendu au Capitole devant les élus de la Chambre pour un dernier plaidoyer en faveur de son projet phare. «Tout est dans vos mains, il est temps d'adopter la réforme santé pour l'Amérique, et je crois que vous allez le faire demain», leur a-t-il lancé.

>> Pourquoi les Américains craignent tant cette réforme de santé? La réponse par ici


«Si vous croyez en votre âme et conscience que ce n'est pas une amélioration par rapport à la situation actuelle (...) alors votez non», a déclaré le président. «Mais si vous êtes d'accord sur le fait que le système ne marche pas pour les familles modestes, si vous avez entendu les mêmes histoires que moi partout dans le pays, alors aidez-nous à réparer ce système».

«Ne le faites pas pour moi, ne le faites pas pour le parti démocrate, faites-le pour les Américains», a-t-il martelé.

Les démocrates vont jouer le jeu

Les démocrates vont-ils réussir à réunir les 216 voix de représentants nécessaires? Un groupe d'élus démocrates indécis a laissé planer le doute ces derniers jours sur sa décision finale et la question fait la Une de tous les journaux outre-atlantique. Mais elle a été tranchée par plusieurs responsables démocrates.

Dimanche, John Larson, un haut responsable des démocrates à la Chambre, a assuré que la réforme aurait ses 216 partisans, malgré les réticences de certains élus, notamment en raison des élections de mi-mandat, prévues en novembre. La veille, le chef de la majorité démocrate de la Chambre, Steny Hoyer, l'avait déjà promis.

940 milliards sur 10 ans pour couvrir 32 millions d’Américains

S'il passe, ce texte de loi permettra de garantir une couverture santé à 32 millions d'Américains qui en sont dépourvus. Le président a souligné que le texte était avant tout une réforme de l'assurance, «la plus dure de l'histoire». Elle vise à faire en sorte que les assurances privées fonctionnent efficacement pour les familles américaines modestes.

La réforme d'un coût de 940 milliards de dollars sur 10 ans devrait aussi réduire le déficit américain de 138 milliards de dollars sur la même période, selon les chiffres du bureau du Budget du Congrès (CBO).

Obama, plus fort que Roosevelt et Clinton

Le système d'assurance maladie fait débat depuis un siècle aux Etats-Unis, et des générations de politiciens, de Theodore Roosevelt à Bill Clinton, se sont cassé les dents sur ce dossier longtemps combattu par les médecins et les assureurs.

D'ailleurs, les conservateurs eux-mêmes soulignent le caractère historique de cette loi qu'ils fustigent. «Ce serait historique dans la mesure où le président aurait réussi à faire passer ce que personne n'est jamais parvenu à faire», expliquait dimanche un sénateur républicain dans le Washington Post.