Le Vatican contre-attaque

— 

Confronté à une cascade de révélations de scandales pédophiles au sein de l'Eglise en Europe, le Vatican a lancé samedi la contre-offensive. Son porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a dénoncé un « acharnement » contre le pape Benoît XVI. « Il y en a qui ont cherché - avec un certain acharnement à Ratisbonne et Munich - des éléments pour impliquer personnellement le Saint-Père dans les questions des abus » sexuels, mais « il est clair que ces efforts ont échoué ».

Le scandale de pédophilie en Allemagne a touché la chorale de Ratisbonne, dirigée de 1964 à 1994 par le frère du pape, et Benoît XVI a été mis en cause pour avoir hébergé en 1980 à Munich un prêtre soupçonné de pédophilie.

Le Vatican s'est aussi efforcé de minimiser le phénomène. Samedi, un haut responsable s'est livré à un calcul très personnel pour chiffrer à « environ 300 » les cas de « véritable pédophilie, c'est-à-dire d'une attraction sexuelle pour des garçons impubères », commis par des prêtres ou religieux et remontés au Vatican de 2001 à 2010. W