Israël ne veut pas d'une reconnaissance d'un Etat palestinien avant un accord

DIPLOMATIE C'est pourtant la proposition de Bernard Kouchner...

Avec agence

— 

Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, le 23 décembre 2009, sur le perron de l'Elysée à Paris.
Le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, le 23 décembre 2009, sur le perron de l'Elysée à Paris. — B. TESSIER / REUTERS

Israël s'oppose à l'idée évoquée par le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner d'une reconnaissance d'un Etat palestinien avant la conclusion des négociations sur ses frontières, a indiqué dimanche un responsable israélien. «Imposer un tel semblant de solution partielle de l'extérieur va à l'encontre de l'idée même de paix», a affirmé à l'AFP un haut responsable israélien, qui a requis l'anonymat.

«Accorder une telle reconnaissance alors que les dossiers du conflit ne sont pas réglés ne ferait que jeter de l'huile sur le feu. Cela ne pourrait que pousser les Palestiniens à se montrer encore plus intransigeants et à rendre ainsi tout compromis impossible», a-t-il prédit.

«Reconnaissance immédiate» de l’Etat Palestinien

Bernard Kouchner avait estimé qu'«on peut envisager» la proclamation et une «reconnaissance immédiate» d'un Etat palestinien avant même les négociations sur ses frontières, dans une interview samedi au Journal du Dimanche. «La question qui se pose, en ce moment, c'est la construction d'une réalité: la France forme des policiers palestiniens, des entreprises se créent en Cisjordanie...», avait-t-il déclaré.

«Ensuite, on peut envisager la proclamation rapide d'un Etat palestinien, et sa reconnaissance immédiate par la communauté internationale, avant même la négociation sur les frontières», avait ajouté le chef de la diplomatie française. «Je serai tenté par cela (...). Je ne suis pas sûr d'être suivi, ni même d'avoir raison», a-t-il également souligné.

Mahmoud Abbas en visite en France

Le Premier ministre palestinien Salam Fayyad a pour sa part déclaré son intention de donner naissance à un Etat palestinien «dans les faits et sur le terrain» en 2011, quelle que soit l'avancée des discussions avec Israël. Les négociations de paix entre Israël et les Palestiniens sont au point mort.

Le président palestinien Mahmoud Abbas, en visite en France dimanche et lundi, a accepté le principe de discussions indirectes avec l'Etat hébreu sous l'égide des Etats-Unis.

Les Palestiniens demandent que leur futur Etat soit basé sur les frontières d'avant la guerre israélo-arabe de juin 1967, avec comme capitale la partie arabe de Jérusalem, conquise et annexée par Israël.

>> En raison de débordements systématiques, nous sommes contraints de fermer cet article aux commentaires. Merci de votre compréhension.