Des Américains accusés de trafic d'orphelins

Bérengère Tessé (avec AFP)

— 

A l'orphelinat de la Croix Glorieuse, la semaine dernière à Port-au-Prince.
A l'orphelinat de la Croix Glorieuse, la semaine dernière à Port-au-Prince. — J.-P. KSIAZEK / AFP

Une association trop pressée de rendre service. Neuf ressortissants américains ont été arrêtés samedi, à Haïti. Appréhendés près de la frontière dominicaine, ils sont accusés d'avoir « volé » les 33 enfants, âgés de deux mois à 14 ans, qui les accompagnaient. Le ministre haïtien des Affaires sociales, Yves Christallin, a précisé que les étrangers, qui ont agi sous l'égide de l'association Refuge pour une nouvelle vie des enfants, basée dans l'Etat d'Idaho, aux Etats-Unis, ne disposaient d'aucune autorisation de l'Institut de bien-être social et de recherches (IBESR), l'organisme qui gère les adoptions à Haïti. Le gouvernement les détient officiellement pour « violation présumée des lois haïtiennes sur l'immigration ».

Les membres du Refuge tentaient d'emmener les enfants dans une structure d'accueil en République dominicaine afin de leur « apporter les soins médicaux et émotionnels dont ils ont besoin », d'après le site Web de l'église baptiste dont dépend l'association. « Nous n'avons strictement rien à voir avec [le trafic d'enfants]. C'est exactement ce contre quoi nous essayons de lutter, s'est défendue Laura Silsby, la responsable de l'équipe, détenue à Port-au-Prince. Vu la situation chaotique, nous voulions simplement faire ce qui nous paraissait juste », a-t-elle assuré. Mais les autorités, attentives au risque de trafic, ne l'entendent pas de cette oreille. Une ONG a d'ailleurs annoncé hier que la plupart des enfants enlevés avaient encore de la famille.

La priorité : comprendre comment les adultes ont pu prendre possession des enfants. D'après Yves Christallin, des passeurs, et deux pasteurs, l'un d'Haïti, l'autre d'Atlanta (Etats-Unis), seraient impliqués. Une enquête a été ouverte et les auditions commencent aujourd'hui. De nombreux enfants ont été adoptés depuis le tremblement de terre. La semaine dernière, l'administration américaine avait appelé les candidats à l'adoption d'enfants haïtiens à être patients et à attendre la mise en place de procédures pour éviter les erreurs. W