L'avenir d'Haïti va être discuté à Montréal

INTERNATIONAL Une réunion d'urgence va évoquer aide immédiate et programme de reconstruction...

Avec agence

— 

La ville de Port-au-Prince en Haïti a été totalement  ravagée par le séisme.
La ville de Port-au-Prince en Haïti a été totalement  ravagée par le séisme. — REUTERS

Les «pays amis» d'Haïti tiennent ce lundi à Montréal une réunion d'urgence pour se concerter tant sur leur aide immédiate au pays dévasté que sur un programme de reconstruction qui devrait donner naissance à un «nouvel Haïti», bien différent de l'ancien.

>> Suivez toute la journée les évolutions de la conférence de Montréal sur 20minutes.fr


L'expression est du Premier ministre haïtien Jean-Max Bellerive qui participe aux travaux aux côtés de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton, du chef de la diplomatie française Bernard Kouchner et de représentants de l'Espagne, du Japon et de plusieurs pays latino-américains.

Il s'agit de «déterminer en collaboration avec le gouvernement haïtien des priorités-clés pour établir un plan d'action», a déclaré le chef de la diplomatie canadienne, Lawrence Cannon. L’autre objectif de cette rencontre est de fixer le lieu et la date de la conférence des donateurs. Une semaine plus tôt, le président dominicain estimait qu’il allait falloir 7 milliards d’euros pour la reconstruction.

Esquisser une vision d’avenir

Et le programme est vaste. Après un dîner de travail, dimanche soir, la réunion se déroulera de 9h à 15h30 (15 heures à 21h30, heure française). Les représentants feront dans un premier temps un bilan de la situation actuelle, marquée par l’arrêt des opérations de recherche de survivants, puis ils chercheront à esquisser une vision d’avenir.

«On ne va pas reconstruire Haïti à l'identique. Il faut traiter les problèmes structurels. Ce ne sera pas un exercice seulement financier, on parlera de gouvernance et de coopération régionale», selon une source diplomatique française.

Plus de visibilité européenne

La position française est claire. «Bernard Kouchner insistera sur la nécessité de prendre en compte l'ensemble des dimensions de la reconstruction, notamment l'indispensable renforcement des capacités du gouvernement haïtien, le rôle central de l'ONU et l'engagement de l'Union européenne (UE) en appui des Nations unies», indique un communiqué du ministère des Affaires étrangères. La France s'est dite prête à envoyer une centaine de gendarmes.

Par ailleurs, la stratégie française est indissociable de la politique européenne. La Haute représentante de l'UE aux Affaires étrangères Catherine Ashton, qui préside ce lundi son premier conseil des relations extérieures, n'a pas pu se rendre à la conférence. Elle a chargé Bernard Kouchner de transmettre un message en son nom.

La représentante de l'UE est vivement critiquée depuis le début de la crise en Haïti pour être restée trop en retrait, et notamment de ne pas s'être rendue sur place. Pierre Lellouche, le secrétaire d'Etat français aux Affaires européennes, estimait lundi que les efforts européens devraient en effet avoir plus de visibilité.