Le monde au chevet d'Haïti pour reconstruire

Faustine Vincent

— 

Une réunion d'urgence se tient aujourd'hui et demain à Montréal pour faire le bilan de la situation et coordonner l'aide immédiate, treize jours après le séisme qui a dévasté Haïti. « L'aide a l'air de bien arriver, mais la distribution se fait mal, témoigne Philippe Besson, de l'ONG Pompiers de l'urgence internationale. En outre, certains villages n'ont encore reçu aucun secours, comme nos équipes l'ont constaté dans la région de Jacmel. » La réunion de Montréal, à laquelle participeront au moins vingt-trois pays, dont la France et les Etats-Unis, doit également évoquer la reconstruction. Paris compte aborder le renforcement des capacités du gouvernement haïtien et la coopération régionale. Une conférence internationale des donateurs, que la République dominicaine s'est dite prête à accueillir, s'ensuivra en mars.

Hier, des centaines d'Haïtiens se sont réunis pour prier, chanter et appeler à reconstruire. La veille, un homme de 25 ans a été sauvé à Port-au-Prince, au lendemain de la fin officielle des recherches. Dégagé des ruines d'une épicerie par des secouristes français, il est resté coincé onze jours dans une petite poche et dit avoir survécu en buvant du soda et en grignotant « quelques petites choses ». « Je me sens bien », a-t-il confié à l'AFP sur son lit d'hôpital. Au total, 133 personnes ont été dégagées vivantes des décombres par les équipes de secours internationales depuis le tremblement de terre, qui a fait au moins 112 226 morts, 194 000 blessés et un million de sans-abri. De son côté, l'ancien dirigeant cubain Fidel Castro a dénoncé hier le déploiement des 20 000 soldats américains en Haïti et déploré le silence de l'ONU sur cette « occupation ». W