Aide internationale en Haïti: Les Etats-Unis répondent aux critiques françaises

POLEMIQUE L'ambassadeur américain explique que les Américains font au mieux...

P.B. avec agence

— 

Des membres de la Croix rouge déplacent des cartons d'aide humanitaire destinés à Haïti, le 14 janvier 2010, à Toluca
Des membres de la Croix rouge déplacent des cartons d'aide humanitaire destinés à Haïti, le 14 janvier 2010, à Toluca — Eliana Aponte / Reuters

«Les choses marchent-elles aussi vite qu'on le voudrait ? Peut-être pas, mais elles avancent du mieux possible.» L'ambassadeur américain en Haïti met les choses au point. Interrogé sur CNN, Kenneth Merten est revenu sur la polémique entre Paris et Washington à propos de la logistique américaine sur place. «Nous regrettons que certains soient mécontents mais nous avons pu répondre à leurs préoccupations», a ajouté Kenneth Merten.

 
Le secrétaire d'Etat français à la Coopération, Alain Joyandet, avait déclaré samedi à Port-au-Prince avoir remis une «protestation officielle» aux Etats-Unis après le refoulement la veille d'un avion français transportant un hôpital de campagne. Le ministère français des Affaires étrangères avait ensuite démenti l'existence d'une telle protestation.
 
Polémique? Quelle polémique?
 
«J'ai pris contact avec les gens sur le terrain et les avions français ont atterri dès le lendemain», a assuré Kenneth Merten. «Il faut comprendre que l'aéroport n'a qu'une seule piste et n'est pas préparé à accueillir le trafic généré par l'aide internationale».
 
La tour de contrôle de l'aéroport ne fonctionne plus depuis le séisme de mardi. Médecins sans Frontières, qui a vu un de ses avions-cargo «empêché d'atterrir» à Port-au-Prince samedi soir, a lancé dimanche un appel d'urgence afin que les appareils transportant du matériel médical puissent se poser le plus rapidement possible.
 
Le secrétaire général de l'Elysée, Claude Guéant, a coupé court dimanche au début de polémique sur la coordination de l'aide internationale en Haïti, qualifiant de «tout à fait heureuse» la décision des Américains de la prendre en charge.