L'évadé fêtera-t-il le nouvel an sur Facebook?

FAITS-DIVERS Il cumule des centaines d’amis et de fans sur le réseau...

M.N.

— 

Capture d'écran du profil Facebook de Craig «Lazie» Lynch, le 23 décembre 2009.
Capture d'écran du profil Facebook de Craig «Lazie» Lynch, le 23 décembre 2009. — DR

Il court toujours, mais n’a pas oublié de fêter Noël avec ses milliers de «fans». Craig «Lazie» Lynch, évadé de la prison de Hollesley Bay dans le Suffolk, en Angleterre, en septembre, continue d’entretenir sa popularité à coups de déclarations et de photos sur son compte Facebook.

 
Toujours en quête de nouveaux amis, il vient de constituer un nouveau compte, qui comptabilise déjà plus de 3.000 personnes. Il aligne également près de 10.000 fans sur la page qu’il aurait créée sur Facebook, où il continue de narguer la police.
 
Car en plus de photos un brin provocantes, dont une qui le montre avec dinde, guirlande et doigt d’honneur pour célébrer Noël, le Jesse James du web indique l’endroit où il se trouverait actuellement et plus simplement les lieux où il serait passé. Une invitation à venir le cueillir qui ne laisse pas indifférente la police, qui a demandé à Facebook de collaborer dans la chasse au fuyard et qui fait grimper la côte de popularité de l’intéressé auprès des internautes.
 
 «J’adore ce type, c’est une légende», «c’est vraiment marrant comment tu fais enrager la police», «Merci de rendre Facebook enfin intéressant», sont parmi les derniers commentaires qui fleurissent sur les murs de Craig.
 
«Oh non des sirènes»

Car le jeune homme de 28 ans sait tenir ses «amis» en haleine. Entre les appels pour punir de prison ceux qui torturent les animaux et les statuts où il raconte que sa famille lui manque, il nous fait vivre en direct les moments chauds de sa cavale.
 
«Oh non des sirènes», pouvait-on lire le 25 décembre sur son mur. « C’est en train d’arriver», renchérit-il avant d’expliquer quelques minutes plus tard qu’il ne s’agissait que d’une ambulance pour sa voisine…
 
Craig Lynch n’a pas que des admirateurs. Condamné à sept ans de prison pour cambriolage, il hérisse le poil d’utilisateurs de Facebook qui postent des commentaires haineux sur ses murs. Certains ont même fondé un groupe baptisé «Craig Lynch is no hero», qui, avec 200 membres seulement, ne suscite pour l’instant pas l’enthousiasme des foules.

Mais, plus occupé par son statut Facebook que par sa stratégie, Craig Lynch pourrait-il se perdre à son propre jeu et réintégrer sa prison avant le réveillon? Un porte-parole des prisons anglaises avait rappelé la semaine dernière que 96% des prisonniers qui s’évadent sont rattrapés.