C'est la pagaille à Copenhague!

DANEMARK Des manifestants se sont regroupés devant le centre où se tient la conférence sur le climat...

M. D., O. R. avec agence

— 

Les manifestants réunis devant le Bella center de Copenhague, mercredi 16 décembre
Les manifestants réunis devant le Bella center de Copenhague, mercredi 16 décembre — JENS NORGAARD LARSEN/EPA/SIPA

>> Ce live est désormais terminé. Retrouvez notre blog sur le sommet de Copenhague, avec YouPhil

19h: Valérie Létard impressionnée
«Forcément, à un moment, il fallait que ça explose», a commenté Valérie Létard, jointe sur place par 20minutes.fr. La secrétaire d'Etat aux
Technologies vertes et aux Négociations sur le climat a été impressionné par l'afflux massif de personnes alors que la conférence touche à sa fin. «Il y a un monde incroyable», a-t-elle décrit. selon elle, les ONG ne sont pas sous-représentées mais semblent moins nombreuses parce qu'«il y a de plus en plus de monde».

18 heures: «La société civile est en train d'être expulsée de la conférence», dénonce José Bové
Le député européen d'Europe Ecologie réagit aux arrestations de ce mercredi, à Copenhague:


15h54: fin de la manifestation

Le dernier carré de quelques centaines de personnes qui manifestaient devant le Bella Center, siège de la conférence climat de l'ONU, ont accepté de quitter les lieux et de rejoindre le centre-ville sous forte escorte policière.


15h37: La vidéo des deux militants dans le Bella Center est en ligne

Elle a été publiée par YouPhil. On y voit les deux hommes, entrés dans la salle de la conférence en criant «Climate Justice Now!».




15h24: plus de 230 personnes ont été arrêtées mercredi matin près du Bella Center
«La plupart des militants ont été interpellés entre les stations de métro Oerestad et Bella Center, car ils tentaient de pénétrer dans l'enceinte du Bella Center», a indiqué Henrik Suhr, un porte-parole de la police. «Des dizaines d'autres ont été interpellés un peu partout dans le centre-ville», précise-t-il.

>> Retrouvez notre diaporama sur les affrontements du jour, à Copenhague

15h08: Les négociations piétinent.
«Il y a des textes qui circulent, mais aucun chiffre (sur les émissions de CO2, ndlr) n'est donné», explique Sandrine Bélier, député européenne, qui assiste aux réunions au Bella Center. «C'est un brouillard qui s'épaissit. On ne sort pas du bâtiment car on ne sait pas si on va pouvoir rentrer. De même que nous ne savons pas si nous pourrons revenir demain», confie la député.


>> Cliquez ici pour rafraîchir et avoir les dernières infos

14h32: Deux militants pénètrent dans le Bella Center
Deux militants d'une ONG ont réussi à faire irruption dans la séance plénière de la conférence climat de l'ONU, aux cris de «Climate Justice Now !». Les deux militants de la coalition «Climate Justice Action», un homme et une femme, vivement applaudis par une partie des représentants de pays en développement, ont réussi à déjouer la vigilance des services de sécurité, pourtant nombreux. La scène a duré quelques secondes et les deux militants ont été aussitôt traînés au dehors de la salle, où trente-huit chefs d'Etat et de gouvernement ont commencé à s'exprimer en début d'après-midi.


13h40: José Bobé s'en mèle
L'eurodéputé écologiste José Bové a dénoncé un «déni de démocratie» sur les conditions d'accès des ONG au Bella Center.



12h42: les députés sortent du bella Center

Environ 200 délégués, nombre d'entre eux issus de pays en développement, sont sortis mercredi du Bella Center pour aller à la rencontre des manifestants bloqués à l'extérieur par les forces de l'ordre. Chantant des slogans, ils ont traversé tout le Bella Center puis sont sortis, canalisés par un cordon de policiers se tenant épaule contre épaule.



12h40: Les CRS sortent la lacrymo
Un manifestants témoigne: «On s'est tous attachés les uns aux autres, pour former un bloc, et on a poussé, lentement, jusqu'au cordon de CRS, en demandant à ce qu'on nous laisse passer. Les CRS ont repoussé la chaîne à coup de lacrymos».


12h30: Manifestants vs police
170 personnes ont été interpellées entre les stations de métro Oerestad et Bella Center. Elles auraient tenté de pénétrer dans l'enceinte du Bella Center.

12h14: La présidente des consultations démissionne
Le Premier ministre danois Lars Loekke Rasmussen a pris mercredi la présidence de la conférence climat de l'ONU à Copenhague en remplacement de Connie Hedegaard, chargée des consultations informelles pour boucler l'accord contre le réchauffement.

12h10: A l'intérieur, c'est le grand secret
Contactée par 20minutes.fr, l'entourage de la députée européenne Sandrine bélier, qui se trouve à l'intérieur du bella Center (où se déroule la conférence), «on ne sait rien de ce qui se passe dehors. On doit aller à la pêche aux infos. Et si on sort, on a peur de ne plus pouvoir rentrer dans le bâtiment».

12h07: Les «Amis de la terre» recalés

Outre les manifestants arrêtés, une centaine de membres de l'organisation écologiste «Les amis de la Terre», dûment accrédités, ont été bloqués ce mercredi matin à l'entrée du Bella Center où se tient la Conférence de l'ONU sur le climat. «On nous a refusé l'accès, alors que nous sommes tous accrédités», a expliqué le directeur exécutif des Amis de la Terre, Andy Atkins, alors que sa délégation au complet était assise en signe de protestation devant les derniers portiques de sécurité marquant l'entrée du centre.


10h49: 100 personnes arrêtées

Un peu plus tôt dans la matinée, plus de 100 personnes ont été arrêtées devant le Bella Center de Copenhague où se déroule la conférence de l'ONU sur le climat, a annoncé une porte-parole de la police. Les manifestants «ont été interpellés près de la station de métro du Bella Center», dans la banlieue de Copenhague par des policiers avec des chiens, a-t-elle ajouté. Ils font partie d'un groupe de manifestants rassemblés près du Bella Center pour tenter de pénétrer par l'arrière de l'enceinte clôturée par plus de 6 kilomètres de grillages.

Entre 700 et 800 personnes, selon une estimation d'un journaliste de l'AFP, ont tenté de franchir les quelques mètres qui séparent la station de métro de l'entrée de la zone de conférence, mais ont butté sur un impressionnant dispositif policier.