La rue brave encore le régime

— 

L'opposition au président iranien, Mah-moud Ahmadinejad, est à nouveau descendue dans la rue, hier, à l'occasion de la Journée nationale des étudiants. Toute manifestation ayant été interdite par les autorités, de nombreux heurts ont émaillé ces rassemblements, qui avaient lieu, le plus souvent, dans des universités. Le calme serait revenu en fin de journée, selon des témoins.

Plusieurs groupes d'opposition contestant la réélection du président Ahmadinejad, en juin, ont appelé à profiter de cette journée, qui commémore la mort de trois étudiants lors d'une manifestation antiaméricaine sous le régime du chah, en 1953, pour réaffirmer leur rejet du gouvernement, issu d'un scrutin jugé frauduleux. « Ya Hossein, Mir Hossein », chantaient les manifestants, selon des témoins cités par l'AFP. Ce cri de ralliement associe le nom de l'imam Hossein, vénéré par les chiites iraniens, à celui de l'ancien Premier ministre Mir Hossein Moussavi, rival malheureux du président Ahmadinejad, devenu depuis l'un des chefs de file de l'opposition. W