Les Etats-Unis vont-ils relancer la traque de Ben Laden?

TERRORISME Des déclarations du week-end semblent l'indiquer...

Philippe Berry

— 

Le chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden a accusé des pays arabes de "complicité" avec Israël et ses alliés occidentaux lors de la récente offensive israélienne dans la bande de Gaza, dans un enregistrement sonore diffusé samedi par la chaîne du Qatar Al-Jazira.
Le chef d'Al-Qaïda Oussama ben Laden a accusé des pays arabes de "complicité" avec Israël et ses alliés occidentaux lors de la récente offensive israélienne dans la bande de Gaza, dans un enregistrement sonore diffusé samedi par la chaîne du Qatar Al-Jazira. — AFP/Archives
De notre correspondant à Los Angeles

C'était lors de la campagne présidentielle. Barack Obama attaquait alors son adversaire: «John McCain dit qu'il poursuivra Ben Laden jusqu'en enfer. Mais il (avec les républicains au pouvoir, ndr) n'est même pas allé le chercher dans les caves où il se cache.» A plusieurs reprises, Obama a répété que «capturer ou tuer» Ben Laden était une priorité. Mais depuis qu'il a été élu, il a nettement infléchi son discours, mentionnant à peine le nom de du leader d'Al-Qaida lors de la présentation de son plan pour l'Afghanistan.
 
Au cours du week-end, le sujet Ben Laden est revenu sur le devant de la scène. Interrogé dimanche sur CNN pour savoir si les Etats-Unis prévoyaient de renouveler leurs efforts pour le capturer, le conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche, le général James Jones, a répondu: «Je le pense».
 
Les derniers rapports du renseignement laissent penser qu'il «est quelque part au Waziristan du Nord, parfois du côté pakistanais de la frontière, parfois du côté afghan, et qu'il se cache dans une région montagneuse très hostile», a-t-il dit, poursuivant: «Nous allons devoir nous en occuper» afin que Ben Laden «soit à nouveau obligé de fuir ou soit capturé».
 
«Si on le savait» où il se trouve, «on serait allé le chercher»
 
Le capturer, donc. Encore faut-il mettre la main dessus. Le secrétaire américain à la Défense Robert Gates a douché les certitudes de certains sur la chaîne de télévision ABC. «On ne sait pas où Oussama Ben Laden se trouve. Si on le savait, on serait allé le chercher», a-t-il affirmé dimanche, avouant que les Etats-Unis manquaient «depuis des années» d'informations fiables pour le localiser.
 
Cette zone à la frontière entre les deux pays constitue le nerf de la guerre. Selon un détenu au Pakistan, dont les propos n'ont pas encore été vérifiés, Ben Laden aurait séjourné du côté afghan début 2009. Une traque difficile, notamment en raison du terrain particulièrement hostile. Mais surtout frustrante. Selon un rapport du Sénat habillement publié fin novembre, avant le discours d'Obama, Ben Laden était «à porté du main» dans les montagnes de Tora Bora en décembre 2001. Mais parce que les renforts réclamés ne sont jamais arrivés, il a pu s'échapper avec de nombreux leaders d'Al Qaïda et passer la frontière avec le Pakistan.
 
Ben Laden fait partie des dix fugitifs les plus recherchés par le FBI. Une récompense de 25 millions de dollars est offerte pour toute information menant directement à sa capture.