Manifestation de soutien pour les 4 ans d'emprisonnement de Florence Cassez

ANNIVERSAIRE Le père et l'avocat de la jeune femme détenue au Mexique veulent obtenir son transfèrement en France...

Vincent Vantighem
— 
Nicolas Sarkozy et Felipe Calderon ont décidé lundi de confier à un groupe de juristes de leurs deux pays le soin de trouver une issue à l'épineux dossier Florence Cassez, cette Française condamnée par la justice mexicaine pour des faits de complicité d'enlèvement qu'elle nie.
Nicolas Sarkozy et Felipe Calderon ont décidé lundi de confier à un groupe de juristes de leurs deux pays le soin de trouver une issue à l'épineux dossier Florence Cassez, cette Française condamnée par la justice mexicaine pour des faits de complicité d'enlèvement qu'elle nie. — Alfredo Estrella AFP/Archives

«C’est un anniversaire. Mais ce n’est pas vraiment la fête!» Bernard Cassez célébrera à sa manière les quatre ans d’emprisonnement de sa fille, Florence, au Mexique. Accompagné de plusieurs parlementaires, il manifestera ce mardi midi devant l’ambassade du Mexique en France. Condamnée en appel à 60 ans de prison pour une série d’enlèvements, cette Française de 34 ans réclame depuis le début d’année son «transfèrement» dans une prison française.


>> Retrouvez tous nos articles sur Florence Cassez en cliquant ici.


Mais avant l’été, le président Felipe Calderon est venu en personne sur un plateau télévision pour dire qu’il refusait cette éventualité. «Depuis, rien n’a évolué», déplore le père de Florence Cassez qui compte sur cette manifestation pour «marquer les esprits».


Franck Berton, l’avocat de la Française, ne se contentera pas de cette manifestation. Selon nos informations, il doit être reçu dans la journée à l’Elysée pour élaborer la contre-attaque. «Je ne crois pas que l’on puisse faire changer d’avis Calderon, nous raconte-t-il. Alors, je fais pression pour que la France saisisse la cour européenne des droits de l’homme afin de faire condamner le Mexique pour non-respect des droits de l’homme.»

«Je n’ai aucune confiance en la justice mexicaine»


En janvier, le pénaliste a également prévu de porter plainte contre Gabriel Garcia Luna, le ministre mexicain de la sécurité publique à l’origine de l’arrestation de la Française. 


Si toutes ces voies échouent, il restera à la Française la possibilité de faire un ultime recours baptisé l’amparo. Sorte de pourvoi en cassation mexicain, cette procédure nécessite deux ou trois ans d’attente. «Pour l’instant, je ne compte pas trop là-dessus. Je n’ai aucune confiance en la justice mexicaine, explique Franck Berton. Et puis maintenant qu’on tombe sur le Mexique en coupe du Monde, s’il faut, je suis prêt à préparer des banderoles pour le match...»