Une prison de l'Illinois pour remplacer Guantanamo?

Corentin Chauvel

— 

 
  — H.NEW / REUTERS

Les 211 derniers prisonniers de Guantanamo ne devraient pas tarder à connaître leur prochaine destination. Selon le Washington Post, l’administration Obama aurait enfin trouvé un lieu pour les accueillir sur le sol américain: la prison de Thomson, dans l’Illinois.
 
Située au bord du Mississipi, cette bourgade rurale des environs de Chicago possède un établissement pénitentiaire tout neuf, construit en 2008, et peu utilisé jusqu’à maintenant. A Thomson, la population, qui accuse un taux de chômage de 10,5%, serait largement favorable à cet accueil selon le Washington Post. En effet, ce sont 3.000 emplois qui pourraient être créés grâce à l’arrivée de ces détenus.
 
Pour les Républicains, crainte d’un nouveau «Ground Zero»
 
Mais les Républicains de l’Illinois ne l’entendent pas de cette oreille et comptent bien empêcher ce transfert. «C’est un risque pour notre sécurité qu’il n’est pas nécessaire de prendre», déplore le Républicain Mark Kirk au quotidien américain. «Notre Etat et l’agglomération de Chicago s’apprêtent à devenir un “Ground Zero” pour les complots terroristes, le recrutement et la radicalisation des djihadistes», ajoute même celui qui convoite le siège laissé vide au Sénat par Barack Obama.
 
Ce qui est certain, c’est que l’ultimatum lancé par le président américain dès le deuxième jour de son mandat, soit la fermeture de la prison de Guantanamo d’ici janvier 2010, ne sera pas respectée dans les délais. Outre le réaménagement du Thomson Correctional Center qui nécessite des financements, l’administration Obama aura besoin de l’autorisation du Congrès pour que l’Etat américain puisse détenir sur son sol des détenus qui n’ont pas eu de procès.
 
Une cinquantaine de prisonniers de Guantanamo seraient dans ce cas. Les procureurs américains ne disposent pas de suffisamment de preuves pour les juger, mais ils sont considérés comme trop dangereux pour envisager une libération. Le secrétaire américain à la Défense, Robert Gates, a assuré jeudi dernier que sur les 211 prisonniers restant toujours à Guantanamo, 116 pourraient quant à eux être transférés dans d’autres pays.