Quand la poste américaine retourne par erreur une lettre avec la mention «décédé» à la mère d'un soldat bien vivant

ETATS-UNIS Elle a décidé de poursuivre au civil l'établissement...

Avec agence

— 

En septembre 2006, Joan Najbar, qui n'a pas eu de nouvelles récentes de son fils déployé en Irak, lui envoie une lettre. Deux semaines plus tard, la missive lui revient, frappée à l'encre rouge de la mention «décédé».

 
Joan Najbar, qui habite Duluth, dans le Minnesota, finit par apprendre grâce à la Croix Rouge que son fils est bien vivant.
 
«Choc émotionnel»
 
Trois ans après l'incident, elle a donc déposé plainte au civil, réclamant des dommages et intérêts pour avoir souffert d'«un choc émotionnel» et d'«une perte de revenus» en raison des soins qu'elle affirme avoir dû recevoir pour s'en remettre.
 
Elle affirme qu'elle a réclamé des explications à la poste américaine, qui a répondu «qu'il n'y avait pas de preuves de négligence ni d'omission» de sa part, selon les documents de justice introduits en novembre devant un tribunal de Duluth.
 
Son avocat dit enquêter «pour savoir si les manifestations anti-guerre» de sa cliente peu de temps avant avoir reçu la lettre «ont pu jouer un rôle dans l'incident».