Un journaliste irakien lance une chaussure... sur le lanceur de chaussure

MEDIAS Alors que Mountazer al-Zaïdi donnait une conférence de presse à Paris ce mardi...

C. F. et Oriane Raffin, sur place

— 

Le procès du journaliste irakien le plus célébre au monde pour avoir lancé sa paire de chaussures sur l'ancien président américain George W. Bush en visite à Bagdad a été ajourné jeudi au 12 mars, a annoncé le président de la Cour criminelle centrale.
Le procès du journaliste irakien le plus célébre au monde pour avoir lancé sa paire de chaussures sur l'ancien président américain George W. Bush en visite à Bagdad a été ajourné jeudi au 12 mars, a annoncé le président de la Cour criminelle centrale. — Ahmad al-Rubaye AFP/Archives

C'est ce qui s'appelle l'arroseur arrosé. Le journaliste irakien Mountazer al-Zaïdi, connu dans le monde entier pour avoir lancé sa chaussure sur George Bush, a été victime du même geste ce mardi à Paris.

>> A lire, le témoignage de Mountazer al-Zaïdi sur sa détention

Alors qu'il donnait une conférence de presse à l'occasion de son passage dans la capitale française, Mountazer al-Zaïdi a été pris à partie par un confrère irakien, qui lui a lancé en arabe: «L'Irak n'est pas un pays occupé», avant de se déchausser et de lui lancer sa chaussure à la figure. Grand «boum»: la chaussure a heurté le mur derrière Mountazer al-Zaïdi. Bref brouhaha dans la salle. Le lanceur est parti juste après son geste. La conférence de presse a repris rapidement.

«Beaucoup de collaborateurs»


A l'issue de la rencontre avec les journalistes, Mountazer al-Zaïdi a déclaré «s'attendre à cela de cette personne. Il y a beaucoup de collaborateurs des Américains, et le fait que cet homme habite en France ne change rien».

Condamné en première instance à trois ans de prison pour «agression contre un chef d'Etat en visite officielle», la peine de Mountazer al-Zaïdi avait été réduite en appel à un an. Il n'a effectué que neuf mois en raison de sa bonne conduite en prison. A sa sortie, il avait affirmé avoir été torturé pendant sa détention.