Les Suisses pour l'interdiction des minarets

RELIGION Un référendum était organisé ce dimanche...

C. F. avec agence

— 

Le minaret d'une mosquée à Genève, en Suisse.
Le minaret d'une mosquée à Genève, en Suisse. — Denis Balibouse / REUTERS

Contrairement à ce qui était annoncé, les Suisses se sont prononcés à 57,5% ce dimanche par référendum en faveur de l'interdiction de la construction de minarets.

 
Une majorité des 26 cantons helvétiques est également favorable à la proposition de la droite populiste helvétique, permettant la modification de l'article de la constitution sur la liberté religieuse pour interdire la construction de minarets.

Les commentateurs de la TSR ont qualifié ce résultat de «grande surprise» car il contredit les sondages qui prédisaient durant la campagne un rejet à 53% de la proposition de la droite populiste.

>> Les pro-minarets qui se mobilisent, c’est ici

La Suisse compte, selon les dernières statistiques gouvernementales, quelque 400.000 musulmans, dont 50.000 pratiquants, sur une population de 7,5 millions d'habitants, faisant de l'islam la deuxième religion du pays après le christianisme. Jusqu'ici quatre minarets ont été construits à côté de mosquées en Suisse.

Pour le gouvernement helvétique, les milieux d'affaires et toute la classe politique de la gauche au centre-droit, une interdiction des minarets «susciterait l'incompréhension à l'étranger et nuirait à l'image de la Suisse».

«La peur est mauvaise conseillère»

Les Eglises catholique et protestantes, tout comme les représentants de la communauté juive et musulmane, ont également unanimement condamné le projet. «La peur est mauvaise conseillère», ont mis en garde les évêques catholiques.

Face à ce tir de barrage, les partisans de l'interdiction n'en démordent pas et répètent qu'il ne s'agit pas de priver les musulmans de lieux de culte, mais de refuser un «symbole apparent d'une revendication politico-religieuse du pouvoir, qui remet en cause les droits fondamentaux».

En raison des débordements suscités par ce type d'article, nous sommes contraints de le fermer aux commentaires. Vous pouvez toujours réagir en nous envoyant vos contributions au 33320 @ 20minutes.fr