Un service belge, calqué sur Twitter, annonce la (fausse) mort de la reine Fabiola

BLAGUE BELGE L'agence de presse belge Belga a été victime d'un nouveau service de style Twitter, et a annoncé par erreur à tous les médias du pays la mort de la reine Fabiola...

B.D. avec agence
— 
Capture d'écran du site www.ihavenews.be, à l'origine de la fausse information de la mort de la reine Fabiola de Belgique.
Capture d'écran du site www.ihavenews.be, à l'origine de la fausse information de la mort de la reine Fabiola de Belgique. — no credit

La reine Fabiola de Belgique, la veuve du roi Baudouin, est décédée ce lundi. C’est l’information, erronée, que l'agence de presse nationale belge Belga a diffusée ce lundi. Cause de cette mauvaise information: un nouveau service, «I have news», inspiré des sites participatifs du type Twitter.


Lancé ce lundi, le site permet au citoyen lambda témoin d'un événement de laisser un message de 160 signes maximum, éventuellement accompagné d'une photo. Ces messages sont ensuite automatiquement transférés vers les clients de Belga sur le même «fil» que les dépêches des journalistes de l'agence. Ces clients sont principalement les journaux, radios et télévisions belges.


Pour son premier jour, le service a été victime d'un mauvais plaisantin, qui a annoncé le «décès de la reine Fabiola, affectée par le divorce du prince Laurent (le fils cadet du roi Albert, ndlr) et de la princesse Claire». L'information était rédigée en néerlandais et signée de l'équivalent flamand de «M. Tout le monde». Elle est néanmoins tombée sur les écrans des rédactions belges.


Les messages désormais «filtrés»


Dans l'après-midi, la direction de Belga s'est excusée dans un communiqué de «l'incident qui s'est produit avec la diffusion malencontreuse de l'information sur le décès de la reine Fabiola». Insistant sur le fait que ces dépêches, portant le label "I have news", n'étaient «en aucun cas des dépêches réalisées par la rédaction de Belga», la direction a toutefois annoncé qu'elles seraient dorénavant «filtrées» par l’agence.


Cette mesure a été jugée insuffisante par les journalistes de Belga qui, dans un communiqué séparé, ont exigé la cessation pure et simple de ce service. Les journalistes disent également avoir réagi «avec consternation» à la diffusion d'informations non contrôlées par des professionnels de l'information. Ils estiment également que cette diffusion «a porté atteinte à l'intégrité et à la crédibilité» de l'agence et réclament une «enquête interne approfondie». Comme on dit sur Twitter, «FAIL».