Estonie: quand les citoyens choisissent la voix électronique

DEMOCRATIE En sept clics, chaque citoyen en âge de voter, peut faire son choix sans bouger de chez lui...

Maud Descamps

— 

Le vote par Internet permet de voter depuis n'importe quel endroit, sur ordinateur.
Le vote par Internet permet de voter depuis n'importe quel endroit, sur ordinateur. — LORENVU/SIPA

Voter depuis son canapé, c'est possible! Pour donner aux citoyens l'envie de participer aux élections, l’Estonie ne manque pas d'ingéniosité. Depuis 2005, les habitants de ce petit pays de la mer baltique ont le choix: se rendre au bureau de vote ou choisir leur candidat depuis n'importe quel ordinateur. Il suffit pour cela que l'électeur introduise sa carte d'identité dans un lecteur de cartes adéquat et saisisse ses deux codes secrets pour voter.
 
>> A lire également: L'Estonie, big brother country, ici
 
Mis en place pour relancer la participation lors des scrutins, le vote par Internet remporte un certain succès. En 2009, un électeur sur treize a choisi la «voix» électronique. «Le but n'est pas de remplacer le vote traditionnel par bulletin, mais d'offrir un outil supplémentaire au citoyen», explique Heiki Sibul, président de la commission électorale nationale.
 
Certains Estoniens se sont tout de même méfiés de ce «nouveau service», lors de sa mise en place. «On a vu des électeurs venir dans les bureaux de vote alors qu'ils avaient déjà voté sur Internet juste pour vérifier si leur voix avait bien été enregistrée», raconte Heiki Sibul.
 
Du vote secret au vote en douce…

Mais voter depuis chez soi bouscule l'un des principes majeurs du scrutin: le vote secret. C'est l'une des raisons par laquelle la Finlande, voisine de l'Estonie, est encore frileuse face à ce nouvel outil. «Je pense que l'électeur peut être sous l'influence d'un proche (collègue, famille, ami) lorsqu'il est derrière son ordinateur», explique Kimmo Sasi, ancien ministre finlandais du commerce extérieur et du développement.
 
Mais pour Heiki Sibul, il s'agit d'un faux problème. «Les personnes qui utilisent le e-voting, peuvent revoter autant de fois qu'elles le souhaitent. Seul le dernier compte», explique-t-il. La période de vote est étalée sur sept jours, laissant ainsi le temps a chacun de trouver un moment de tranquillité pour pouvoir voter en toute indépendance et discrétion.
 
Un taux de participation stable

L'e-voting remporte davantage de succès auprès des «jeunes» électeurs, les 18-34 ans. L'utilisation fréquente d'Internet et l'âge sont en effet des facteurs déterminants. Mais les études montrent que faciliter le vote en le rendant accessible depuis n'importe quel ordinateur, n'a pas eu l'effet escompté sur le taux de participation. Néanmoins celui-ci s'est stabilisé depuis la mise en place du e-voting. «C'est un outil supplémentaire pour l'électeur» souligne Heiki Sibul. Il n'a pas pour vocation de remplacer le bulletin que l'électeur glisse dans l'enveloppe.
 
L'Estonie est, pour le moment, le seul pays au monde à utiliser le vote électronique. Les délégations étrangères se succèdent en visite dans la capitale. La Norvège pourrait être le prochain pays à adopter ce système. Des équipes du Pentagone sont venues étudier le système dans l’optique de le développer éventuellement pour les soldats basés à l'étranger.
 
>> Souhaiteriez-vous pouvoir voter depuis chez vous?  Pensez-vous que ce système  puisse redonner l'envie aux citoyens de voter?

Le vote électronique

- 1 votant sur 13 l'utilise
- Le lecteur de carte d'identité électronique coûte 6 euros
- Le vote électronique est crypté jusqu'au moment du dépouillement