Casse-tête sur le futur président de l'UE

— 

Les dirigeants européens ont décidé d'attendre le 19 novembre pour sceller le choix des futurs président et chef de la diplomatie de l'UE. Ils veulent se donner du temps car la sélection pour ces postes emblématiques s'avère plus compliquée que prévu. « La réunion se fera sous forme d'un dîner de travail à Bruxelles », a précisé le Premier ministre suédois Fredrik Reinfeldt, qui préside l'Union européenne. Il a bouclé une première série de consultations, mais il n'y a « encore aucun consensus » sur un candidat pour chaque poste, plusieurs noms ayant été proposés, a expliqué sa porte-parole. Le choix du président du Conseil européen et du haut représentant aux affaires étrangères, fonctions prévues par le traité de Lisbonne, se révèle plus difficile que ce qu'espérait Stockholm. Londres ne facilite pas les choses en continuant à soutenir mordicus son ancien Premier ministre Tony Blair pour le poste de président du Conseil européen, malgré les critiques dont il fait l'objet. Il faut trouver la formule magique pour contenter tout le monde en Europe entre les différents postes européens de premier plan. W