Nidal Malik Hasan ne faisait pas partie d'un groupe terroriste

TUERIE Il aurait agi seul...

P.K. avec agence

— 

Nidal Malik Hasan, psychiatre militaire, a ouvert le feu sur des soldats sur la base américaine de Fort Hood, le 5 novembre 2009.
Nidal Malik Hasan, psychiatre militaire, a ouvert le feu sur des soldats sur la base américaine de Fort Hood, le 5 novembre 2009. — Ho New / REUTERS

Nidal Malik Hasan, le psychiatre militaire suspecté d'être à l'origine de la fusillade de Fort Hood qui a fait 13 morts jeudi ne faisait pas partie d'un groupe terroriste, révèle dimanche le New York Times qui cite des sources proches de l'enquête.

>> Qui est Nidal Malik Hasan? La réponse par ici

Au contraire, les enquêteurs, qui ont parlé au quotidien sous couvert d'anonymat, pensent que le commandant Hasan, soldat américain de confession musulmane, a agi seul, de son propre chef. Toutefois, insiste le New York Times, la police n'écarte pas la possibilité que le tireur ait eu dans l'idée de perpétrer un attentat-suicide.

Mouvance islamiste

De même, souligne le journal, une analyse très poussée de l'ordinateur de Nidal Malik Hasan a montré qu'il avait consulté plusieurs sites Internet se réclamant de la mouvance islamiste et qu'il avait eu des échanges de courriels avec des personnes appartenant à la mouvance extrémiste.

Nidal Malik Hasan se serait également lancé dans la rédaction de brûlots encensant les attentats-suicides pour les mettre en ligne. Ce dernier détail demande néanmoins à être confirmé, écrit le New York Times.

Néanmoins, le Sunday Telegraph indique qu'avant le 11 septembre 2001, Nidal Malik Hasan fréquentait la mosquée Dar al-Hijrah en Virginie, comme deux kamikazes du 11 septembre.

Hospitalisé

Nidal Malik Hasan, 39 ans, était toujours hospitalisé dimanche matin dans un établissement militaire. Les enquêteurs n'ont pas dit s'ils avaient eu l'occasion de l'interroger.

Samedi soir, le colonel John Rossi, commandant adjoint de la base militaire de Fort Hood avait indiqué que 17 des 28 personnes blessées dans la fusillade étaient encore hospitalisées.

Une cérémonie en hommage aux 13 victimes de la tuerie aura lieu mardi en présence du président américain Barack Obama.