Les Italiens veulent garder le crucifix dans les écoles

SONDAGE Ils le considèrent comme un symbole fort...

Avec agence

— 

Un crucifix dans une école en Italie.
Un crucifix dans une école en Italie. — FR4ANCO SILVI/EPA/SIPA

En Italie environ 84% des personnes sont favorables à la présence du crucifix dans les écoles, indique dimanche un sondage réalisé cinq jours après la décision de la Cour européenne des droits de l'Homme de l'interdire dans les établissements scolaires de la péninsule.

A la question: «le crucifix doit-il être exposé dans les classes?», 84% des personnes interrogées ont répondu «oui», 14% ont dit «non» et 2% ont déclaré être sans opinion, selon ce sondage publié dans le principal quotidien, le Corriere della Sera. Parmi ceux qui ne vont jamais à la messe, 68% se disent favorables à la présence du crucifix, ce pourcentage grimpant à 86% pour ceux qui vont «plusieurs fois par an» à la messe et à 93% parmi ceux qui vont «au moins une fois par semaine» à l'église.

Un symbole

Selon le politologue, Renato Mannheimer, le groupe le plus important en Italie semble être composé de personnes considérant le crucifix «essentiellement comme un symbole rappelant les traditions culturelles et sociales» du pays sans nier «la signification religieuse de la croix». Le sondage a été conduit par l'institut ISPO sur un échantillon de 801 personnes avec une marge d'erreur de 3,5%.

Il y a cinq jours la Cour de Strasbourg a jugé la présence de crucifix contraire au droit des parents d'éduquer leurs enfants selon leurs convictions et au droit des enfants à la liberté de religion.