Une femme afghane à la sortie de l'isoloir à Kaboul le 20 août 2009. Elle vient de voter pour les élections présidentielles de l'Afghanistan.
Une femme afghane à la sortie de l'isoloir à Kaboul le 20 août 2009. Elle vient de voter pour les élections présidentielles de l'Afghanistan. — A LATIF / REUTERS

POLITIQUE

Elections en Afghanistan: il y aura bien un deuxième tour

Malgré le désistement d'Abdullah Abdullah, les autorités électorales maintiennent le scrutin...

Les autorités électorales afghanes ont assuré dimanche qu'«il y aura un second tour» à l'élection présidentielle, après l'annonce le même jour du retrait d'un des deux candidats encore en lice, l'ancien ministre des Affaires étrangères Abdullah Abdullah.

«Nous devons respecter la loi, la loi est claire. (...) Il y aura un second tour. La loi stipule que si aucun candidat n'obtient 50% plus une voix (au premier tour, ndlr), il doit y avoir un second tour entre les deux premiers candidats», a déclaré Daoud Ali Najafi, un des membres de la Commission indépendante électorale (IEC), chargée de l'organisation du scrutin et du comptage des résultats.

Le président afghan sortant Hamid Karzaï a annoncé auparavant qu'il respecterait «toute décision» des autorités électorales «et d'autres institutions légales» à propos du second tour de la présidentielle. «A la lumière de la constitution afghane et pour le bien de la démocratie et de l'Etat de droit en Afghanistan, nous (...) sommes tenus de respecter le processus et nous accepterons toute décision de la Commission électorale indépendante et d'autres institutions légales», estime, dans un communiqué, l'équipe de campagne d'Hamid Karzaï.

Le représentant des Nations unies en Afghanistan, Kai Eide, de son côté, a demandé un peu plus tôt dans la journée que la présidentielle afghane se termine de manière «légale et dans les délais». La décision d'Abdullah Abdullah «a clairement été prise après une longue période de discussions et de réflexion. La prochaine étape doit être d'amener ce processus électoral à une conclusion, d'une manière légale et dans les délais», indique un communiqué de Kai Eide.