Au domicile de l'homme, six cadavres de femmes

ETATS-UNIS Il avait déjà purgé 15 ans de prison pour viol...

Avec agence

— 

Six cadavres de femmes en état de décomposition avancée ont été découverts à Cleveland (Ohio, est des Etats-Unis) au domicile d'un homme qui avait fini en 2005 de purger une peine de prison pour viol et a été arrêté samedi, ont annoncé les autorités.
 
«Il y a un total de six femmes non identifiées», a déclaré le médecin légiste du comté de Cuyahoga, Frank Miller, en précisant que la plupart des victimes découvertes au domicile d'Anthony Sowell, 50 ans, avaient vraisemblablement été étranglées.
 
Libéré en 2005
Sowell, libéré en 2005 après avoir purgé 15 ans de prison pour un viol commis en 1989, a été arrêté samedi dans son quartier de Cleveland après qu'un résident qui l'avait reconnu eut alerté la police, deux jours après la découverte des premiers corps.
 
Selon Frank Miller, cinq cadavres se trouvaient dans la maison et le sixième était enterré dans le jardin. «Ces cadavres sont en état de décomposition avancée», a-t-il affirmé.
 
Un peu plus tôt, le chef de la police de Cleveland, Michael McGrath, avait annoncé avec certitude la découverte de trois cadavres et attendait la confirmation du médecin légiste au sujet des trois autres. Lors d'une conférence de presse retransmise par des médias locaux avant la confirmation du bilan total par le médecin légiste, Michael McGrath a précisé que certains des cadavres pourraient avoir été dans la maison depuis six mois.


«Une vision tellement répugnante»


Alors que les autorités travaillaient à l'identification des victimes, la police de Cleveland a commencé à dresser la liste des personnes disparues depuis juin 2005, date à laquelle Anthony Sowell est sorti de prison. La police a perquisitionné sa maison parce que son nom avait été cité comme suspect dans une récente affaire de viol aggravé, a expliqué le lieutenant de police Thomas Stacho.
 
Il a déclaré à la chaîne de télévision CNN que les détectives de la police lui avaient conseillé de ne pas entrer dans la maison «parce que c'était une vision tellement répugnante». «J'étais devant la maison pendant près d'une heure hier, et la puanteur était épouvantable», a-t-il ajouté.