L'ONU visée par un attentat suicide

— 

Les corps de cinq employés de l'ONU ont été retirés, hier, des décombres.
Les corps de cinq employés de l'ONU ont été retirés, hier, des décombres. — F. NAEEM / AFP

Cinq employés de l'ONU, quatre Pakistanais et un Irakien, ont été tués, hier, dans un attentat suicide à Islamabad, au Pakistan. Le kamikaze, en uniforme militaire, a déclenché sa charge dans les locaux ultra-sécurisés du Programme alimentaire mondial (PAM), une agence des Nations unies. « La bombe a explosé dans l'entrée », a précisé un employé à l'AFP. La capitale pakistanaise était pourtant placée en alerte maximale : les bureaux de l'ONU à Islamabad et les ambassades sont transformés depuis deux ans en bunkers, derrière d'imposants murs anti-explosion. Le kamikaze, dont la police a retrouvé les jambes et la tête, avait demandé d'aller aux toilettes et a ainsi trompé la vigilance des services de sécurité. Une enquête est en cours.

Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a dénoncé un « crime haineux » et l'ONU a fermé tous ses bureaux au Pakistan « jusqu'à nouvel ordre ». Il compte toutefois poursuivre l'aide humanitaire au pays, où « plus de 2 millions de personnes déplacées [en] ont un besoin urgent ». Allié clé des Etats-Unis dans leur « guerre contre le terrorisme », Islamabad est en proie à une vague d'attentats perpétrés par le Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP), lié à Al-Qaïda, qui a fait près de 2 150 morts depuis juillet 2007. Ce groupe a promis de venger leur chef, Baïtullah Mehsud, tué en août par un missile américain dans son fief des zones tribales du nord-ouest, frontalières avec l'Afghanistan. Son successeur, Hakimullah Mehsud, est apparu dans la soirée dans une vidéo authentifiée et datée de dimanche par les chaînes de télévision. Il promet de venger la mort de Baïtullah en s'en prenant à « l'Amérique et au Pakistan ». W