Bernard Kouchner «plutôt favorable» à l'idée de fournir de l'uranium enrichi à l'Iran

NUCLEAIRE L'objectif est d'éviter qu'il le fasse lui-même...

Avec agence

— 

 
  — HO NEW / REUTERS

La France est favorable à l'idée que des pays tiers enrichissent de l'uranium pour un réacteur nucléaire à Téhéran afin d'éviter que l'Iran ne le fasse lui-même, a déclaré jeudi le ministre français des Affaires étrangères Bernard Kouchner à Moscou.

«C'est pour leur réacteur de recherche et nous avons offert une réponse plutôt positive», a dit Bernard Kouchner à des journalistes à l'issue d'un conseil franco-russe de sécurité à Moscou.

L'Iran doit proposer cette solution jeudi à Genève aux grandes puissances, qui soupçonnent son programme nucléaire de visées militaires.

De l'uranium ré-enrichi, transformé en combustible

Dans son édition du 30 septembre, l'hebdomadaire français Bakchich évoque un document interne du ministère français des Affaires étrangères qui suggère que 1.200 kg d'uranium faiblement enrichi soient sortis d'Iran pour être ré-enrichis et transformés en combustible à l'étranger avant de retourner vers Téhéran. Selon le journal, l'enrichissement se ferait en Russie et la transformation en combustible nucléaire en France. Au Quai D'Orsay, cet article est qualifié de «partiel». Il ne donne qu'un extrait du document «sorti de son contexte» et «daté par rapport à l'actualité», souligne-t-on.

Début septembre l'Iran avait présenté aux six puissances (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne) un paquet de propositions visant à sortir les négociations de l'impasse. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad a déclaré mercredi que son pays avait besoin d'uranium enrichi à 19,75% et qu'il était prêt à l'acheter à des pays tiers. «Nous sommes prêts à fournir de l'uranium enrichi à 3,5% et ils pourront l'enrichir davantage et nous le livrer à 19,75%», a-t-il expliqué, ajoutant que certains pays avait fait des propositions.