Un étudiant lance une chaussure contre Dominique Strauss-Kahn

TURQUIE En visite à Istanbul, en Turquie, le directeur du FMI n'aura pas eu un accueil très chaleureux...

O.R.

— 

Un étudiant a lancé une chaussure à Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI, lors d'une conférence devant des étudiants à Istanbul le 1 er octobre 2009.
Un étudiant a lancé une chaussure à Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI, lors d'une conférence devant des étudiants à Istanbul le 1 er octobre 2009. — S. JAFFE / REUTERS

Ce coup-ci, «l’arme employée» aura été une chaussure de sport. Le geste fait penser à celui du journaliste irakien qui avait visé George W. Bush en 2008. Mais la cible n’est pas la même. Un étudiant a en effet lancé une chaussure, ce jeudi, à Istanbul contre le directeur général du Fonds monétaire international (FMI). Dominique Strauss-Kahn intervenait alors devant des étudiants sur le campus de l'Université Bilgi, situé dans le quartier de Dolapdere, sur la rive européenne de la ville, lors d'une séance de questions-réponses.



«FMI, va-t-en de la Turquie»

L'étudiant est descendu en courant des gradins en vociférant «FMI, va-t-en de la Turquie» en direction de Dominique Strauss-Kahn qui terminait son intervention. Il a ensuite lancé une chaussure de sport blanche qu'il avait dans la main, laquelle n'a pas touché sa cible, mais une personne du public. DSK, lui, est resté calme et a tenté de garder le sourire, tenant toujours son micro dans la main. L'auteur de l’acte a rapidement été maîtrisé par de nombreux agents de sécurité présents sur les lieux qui l'ont vite sorti de l'amphitéâtre de l'établissement après l'avoir neutralisé.

Collusion

L’étudiant était accompagné d'une dizaine d'autres camarades membres du Parti communiste turc (TKP). Ceux-ci ont tenté de déployer une banderole avant de crier des slogans dénonçant une collusion entre le FMI et le Parti de la justice et du développement (AKP, issu de la mouvance islamiste), au pouvoir en Turquie. Ils ont été eux aussi conduits en dehors de la salle.

Une porte-parole du FMI Caroline Atkinson a affirmé que le directeur général du Fonds avait ironisé sur l'incident disant que «les étudiants ont été au moins assez polis pour attendre la fin de la discussion» pour élever cette protestation. Dominique Strauss-Kahn s'est en outre félicité d'avoir eu une «bonne conversation» avec les étudiants présents dans la salle.