Une ministre anglaise demande à Arnold Schwarzenegger de fermer un site sur la prostitution

ETATS-UNIS Sur ce site, les hommes peuvent noter les prostituées...

O.R.

— 

Pour faire face à la crise, le bordel berlinois Pussy Club a inauguré une nouvelle formule: un forfait à 70 euros incluant filles, boissons et nourriture à volonté. Et pour le même prix, madame peut aussi être de la partie.
Pour faire face à la crise, le bordel berlinois Pussy Club a inauguré une nouvelle formule: un forfait à 70 euros incluant filles, boissons et nourriture à volonté. Et pour le même prix, madame peut aussi être de la partie. — Axel Schmidt DDP/AFP/Archives

Un «très glauque développement» du commerce et de l’exploitation des femmes. C’est ainsi que Harriet Harman, ministre des femmes et de l’égalité du gouvernement britannique décrit le site Internet Punternet, qui permet aux hommes de noter les prostituées et les escort-girls anglaises.

Ce site américain la choque tellement qu’elle a demandé au gouverneur californien Arnold Schwarzenegger de le fermer, relate l’agence Reuters. «Assurément, cela ne sera pas trop difficile pour le "Terminator" de "terminer" Punternet et c’est ce que je lui demande de faire.»

Une mission d’«éducation»


«Punternet a des pages et des pages de femmes à vendre à Londres», explique-t-elle. Comparant le système de «notation» à celui existant déjà pour des restaurants, des hôtels ou des séjours.

Le site, qui se décrit lui-même comme une «communauté en ligne de clients et de fournisseurs de services pour adultes au Royaume-Uni», a répondu à la ministre, affirmant que «PunterNet ne viole aucune loi» et a une mission «d’éducation».