Après 12 ans de soutien aux travaillistes, «The Sun» lâche Gordon Brown

REVUE DE PRESSE Un revirement soudain du tabloïd repris par l'ensemble de la presse britannique ce mercredi...

Maud Descamps (avec agence)

— 

Le Premier ministre britannique, Gordon Brown lâché par The Sun
Le Premier ministre britannique, Gordon Brown lâché par The Sun — DR

Gordon Brown n'a plus le vent en poupe. Du moins, plus auprès du tabloïd britannique. The Sun a porté un coup dur au Labour, le parti travailliste, en annonçant qu'il soutiendrait les conservateurs lors des prochaines élections législatives. Titrant en première page que «Le Labour a perdu», le journal explique qu'«après douze longues années au pouvoir, le gouvernement s'est perdu. Désormais, il a aussi perdu le soutien du Sun».
 
«Il y a douze ans, le Royaume-Uni réclamait un changement par rapport à un gouvernement divisé, épuisé. Aujourd'hui, nous sommes de nouveau dans cette situation, écrit le quotidien. Nous espérons, nous prions, que le prochain gouvernement aura le courage et la détermination» de faire les réformes jugées nécessaires par le Sun. «Et nous pensons que David Cameron devrait le diriger», a poursuivi le journal. «Gordon Brown essuie une nouvelle défaite», souligne la chaîne financière Bloomberg diffusant l'intervention télévisée du chef du service politique du tabloïd George Pascoe-Watson. «C'est la fin de la relation entre notre journal et le parti travailliste», déclare le journaliste.
 
 

L'électeur décide, pas les journaux

 
Mais il en faut plus pour décourager le Premier ministre qui s'est employé à relativiser ce revirement soudain, rapport The Independent. «Les gens décident des élections, pas les journaux. Et ce sont les gens qui vont prendre position», a déclaré l'intéressé sur la chaîne Sky News. «Evidemment, vous voulez que les journaux soient pour vous. Nous aurions voulu que tout le monde soit de notre côté, mais ce sont les gens qui décident.» «J'ai une position vieux jeu qui est que vous lisez les journaux pour avoir des informations, pas des opinions», avait-il dit peu avant sur la chaîne GMTV.

THE SUN

Le magnat australien des médias Rupert Murdoch, patron du groupe News Corporation, avait abandonné son soutien traditionnel au parti d'opposition conservateur au profit du parti travailliste mené par Tony Blair lors des législatives de 1997. Le soutien du Sun, plus fort tirage au Royaume-Uni, est considéré par les stratégistes politiques comme un élément important pour emporter le vote des électeurs britanniques. Tony Blair avait fait du soutien de Murdoch l'une de ses priorités avant les élections de 1997.