Plus d'une centaine de morts dans un tsunami aux Samoa

PACIFIQUE Le bilan devrait continuer à s'alourdir, selon les autorités...

20minutes.fr

— 

Les dégâts sont importants après le tsunami du 30 septembre aux Samoa. 
Les dégâts sont importants après le tsunami du 30 septembre aux Samoa.  — C LUAFALEALO / REUTERS

Des vagues de six à huit mètres ont déferlé sur le sud de ces îles du Pacifique, faisant de nombreuses victimes. Les autorités des Samoa auraient émis une nouvelle alerte au tsunami, selon un témoin.

«Les sirènes ont sonné et la police a ordonné de rejoindre des points hauts, éloignés de l'eau», a rapporté une habitante, Cherrelle Jackson, ajoutant: «ça recommence». Aucune nouvelle alerte n'a en revanche été émise par l'Institut géophysique américain USGS ou par le centre d'alertes au tsunami du Pacifique, basé aux Etats-Unis.

Au moins 113 morts

Un séisme d'une magnitude de 8 selon l'institut géophysique américain, s'est produit à 6h48 locales mardi (19h48 mardi en France) suivi d'un tsunami une vingtaine de minutes plus tard. Au moins 113 personnes auraient été tuées, ont annoncé les médias locaux et la Croix Rouge.

Ce bilan pourrait s'alourdir alors que les équipes de secours tentaient de parvenir sur les lieux. «Nous sommes en train de parvenir vers la côte sud», a déclaré à l'AFP le secrétaire général de la Croix Rouge locale, Talutala Mauala. «Il y a aussi des blessés. Nous n'aurons pas de bilan complet avant d'être arrivé sur place», a-t-il ajouté.



«Dévastations»

Les Samoa américaines ont également été frappées. Barack Obama a déclaré l'état de catastrophe et envoyé des secours. «Le tremblement de terre a causé d'importants dégâts matériels, il y a des voitures flottant un peu partout», rapporte l'élu local Eni Faleomavaega. Il confirme que des milliers de personnes ont perdu leur logement, parlant de «dévastation».

Alerte levée à Tahiti

L'alerte au tsunami a été levée pour quatre archipels de Polynésie, mais elle est maintenue pour les îles Marquises. A Tahiti et dans de nombreuses îles, les écoles, collèges et garderies situées en bord de lagon ou dans la plaine côtière ont été évacuées et les enfants transportés sur les hauteurs .

«Le danger a peut être été surestimé, a commenté le Haut Commissariat de la République, mais au moins il n'a pas été ignoré. La prochaine fois, nous serons donc encore mieux préparés».