Angela Merkel reconduite à la chancellerie avec les libéraux

ALLEMAGNE Selon les résultats officiels...

C. F. avec agence

— 

Les électeurs allemands ont reconduit à la chancellerie la conservatrice Angela Merkel le 27 septembre 2009.
Les électeurs allemands ont reconduit à la chancellerie la conservatrice Angela Merkel le 27 septembre 2009. — REUTERS/Johannes Eisele
Les électeurs allemands ont reconduit ce dimanche à la chancellerie la conservatrice Angela Merkel, qui devrait constituer la coalition de centre-droit de son choix avec les libéraux, selon les sondages sorties des urnes.

Les conservateurs (CDU/CSU) d'Angela Merkel, et ses alliés libéraux du FDP, ont remporté une majorité confortable des sièges, avec 332 députés sur les 622 que compte le Parlement, selon les résultats officiels.

«C'est une amère défaite»

Le parti social-démocrate SPD essuie une défaite sans précédent depuis la guerre et tombe à23%, son plus bas score historique. Il en avait recueilli 34,2% il y a quatre ans, avant d'entrer dans une «grande coalition» avec les conservateurs.

Le chef de file des sociaux-démocrates allemands Frank-Walter Steinmeier, également ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de coalition conservateurs-SPD pendant quatre ans, a reconnu que la chancelière Angela Merkel et ses alliés libéraux du FDP avaient remporté les législatives ce dimanche. «C'est une amère défaite», a-t-il ajouté, ajoutant: «Un nouveau rôle nous attend, celui d'opposition».

Récession sans précédent

«Nous pouvons ce soir célébrer la victoire. Nous avons réussi à obtenir une majorité solide, pour former un nouveau gouvernement de la CDU/CSU (les Unions conservatrices) et du FDP, et c'est bien», a déclaré Angela Merkel au quartier général de son parti à Berlin. «Je veux être la chancelière de tous les Allemands, afin d'améliorer la situation de notre pays», a-t-elle ajouté.

L'Allemagne, première puissance économique européenne, est frappée par une récession sans précédent. De nombreux dossiers économiques attendent ainsi le gouvernement Merkel II, dont l'accroissement annoncé du chômage, l'augmentation des déficits et les difficultés du système éducatif et de santé, alors que le pays commence à sortir de la récession. L'engagement de l'Allemagne en Afghanistan figurera aussi à l'ordre du jour. CDU et FDP ont déjà dit vouloir revenir sur l'abandon programmé de l'énergie nucléaire.

>> A voir, notre diaporama «Angela Merkel, la femme la plus puissante du monde»