Erreur sur l'embryon

ETATS-UNIS Enceinte par insémination, une Américainse s'est rendu compte que l'embryon qu'on lui avait implanté était celui d'un autre couple...

Avec agence

— 

Le Sénat américain devait adopter mercredi soir un projet de loi visant à favoriser la recherche sur les cellules souches embryonnaires, défiant une nouvelle fois une menace de veto présidentiel.
Le Sénat américain devait adopter mercredi soir un projet de loi visant à favoriser la recherche sur les cellules souches embryonnaires, défiant une nouvelle fois une menace de veto présidentiel. — Anne-Christine Poujoulat AFP/Archives

L’histoire a des airs de La Vie est un long fleuve tranquille. Une Américaine de l'Ohio (nord des Etats-Unis) à laquelle les médecins avaient implanté par erreur l'embryon d'un autre couple a accouché d'un «petit garçon en bonne santé» et rendu l'enfant à ses parents biologiques, a indiqué la mère porteuse dans un communiqué.

Carolyn Savage, 40 ans, et son mari Sean, qui vivent à Sylvania dans l'Ohio, ont adressé «leurs sincères félicitations» à Paul et Shannon Morell de Detroit dans le Michigan (nord), les parents biologiques, selon le communiqué publié vendredi soir.

L'enfant, «un petit garçon en bonne santé», est né jeudi au centre médical Saint-Vincent de Toledo (Ohio).



Epreuve

Le couple Savage a également insisté pour que son intimité soit respectée.

«Notre famille vit une épreuve très difficile et demande à être laissée en paix au cours des prochains jours», dit-il .

Carolyn Savage, tombée enceinte à la suite d'une insémination artificielle, avait appris qu'en raison d'une erreur de la clinique, elle portait l'embryon des Morell. Elle avait néanmoins décidé de mener sa grossesse à son terme pour rendre l'enfant à ses parents biologiques après l'accouchement.

Les deux couples avaient d'abord pris contact anonymement par le biais de leurs avocats avant de se rencontrer et d'entretenir une relation qualifiée de cordiale par la famille Savage.

Les avocats du couple Morell peaufinent les détails légaux avec ceux de la famille Savage. Tous disent vouloir que la clinique ayant effectué l'insémination artificielle endosse la pleine responsabilité de l'erreur.

Mme Savage a déjà trois enfants, dont le benjamin a été conçu par insémination artificielle.