«The Clinton Tapes»: Confidences de huit ans à la Maison Blanche

ETATS-UNIS L'ancien président américain Bill Clinton s'est confié à un ami proche durant ses deux mandats...

Corentin Chauvel

— 

P.JONES / REUTERS

Bill Clinton cachait les cassettes d’interview dans son tiroir à chaussettes de peur que la justice s’en saisisse. Son ami Taylor Branch dévoile enfin leur contenu la semaine prochaine dans un recueil de 700 pages intitulé «The Clinton Tapes: Wrestling history with the President».

Au programme: des anecdotes toutes plus croustillantes les unes que les autres révélées par Bill Clinton pendant son exercice du pouvoir entre 1993 à 2001. Cela va de ses relations avec son vice-président Al Gore à l’affaire Monica Lewinsky en passant par les visites de Boris Elstine à Washington.

Le président russe retrouvé en caleçon dans la rue

A propos de ce dernier, Bill Clinton raconte comment, en 1995, il a été réveillé en pleine nuit par les services secrets qui avaient retrouvé le président russe errant en caleçon dans les rues de la capitale à la recherche d’un taxi pour aller manger une pizza. Le lendemain, Boris Elstine, toujours en état d’ébriété, a été pris pour un cambrioleur par les services de sécurité de sa résidence d’accueil.

Mais les lecteurs ne devraient pas en savoir beaucoup plus sur sa fameuse aventure avec Monica Lewinsky, l’ancien président étant resté très discret sur le sujet à l’époque, procédures judiciaires obligent. «J’ai craqué» a-t-il juste avoué à Taylor Branch, invoquant comme raisons le décès de sa mère, le scandale Whitewater et la défaite des démocrates au Congrès.

George W. Bush: «Incompétent pour être président»

Bill Clinton n’a pas hésité non plus à dire ce qu’il pensait de ses adversaires. Ainsi, il juge son successeur George W. Bush «incompétent pour être président» et il estime que John McCain aurait pu être un bon chef d’Etat mais «il ne sait pas comment mener campagne».

Bien qu’il ait autorisé leur publication, Bill Clinton serait «nerveux» à l’idée de voir ces confidences rendues publiques. En effet, Taylor Branch n’a en réalité jamais pu récupérer les cassettes, se contentant de se remémorer les 79 entretiens qu’il a eus avec l’ancien président. Ses chaussettes contiennent peut-être encore quelques mystères.