Qui a dit: «Laissons les pandas mourir»

INDICE Il vit de l’autre côté de la Manche...

Corentin Chauvel

— 

L'année dernière il s'en était pris à un homme saoûl trop entreprenant, cette année Gu Gu, l'un des pandas vedettes du zoo de Pékin, a mordu un jeune admirateur de 15 ans, rapporte mardi Les Nouvelles de Pékin.
L'année dernière il s'en était pris à un homme saoûl trop entreprenant, cette année Gu Gu, l'un des pandas vedettes du zoo de Pékin, a mordu un jeune admirateur de 15 ans, rapporte mardi Les Nouvelles de Pékin. — Chai Hin Goh AFP/Archives
C’est Chris Packham, présentateur de la BBC. «Voici une espèce dont l’évolution est arrivée dans un cul-de-sac. On devrait les débrancher, laissons-les mourir avec dignité», déclare-t-il dans une interview donnée au magazine britannique Radio Times.

Selon lui, le panda, symbole de l’association de la Worldwide Life Fund (WWF)
, n’est justement qu’un «animal de t-shirt» auquel on consacre beaucoup trop d’argent.

Après les pandas, les humains

Étrange attitude de la part du vice-président de Société Royale de Protection des Oiseaux (RSPB) et présentateur d’émissions sur la nature. En fait, Chris Packham souhaiterait que son pays consacre plus d’argent à l’agriculture plutôt qu’à la vie sauvage: «Notre politique agricole a détruit nos campagnes plus qu’ailleurs en Europe de l’Ouest.»

Il reconnaît cependant que son souhait a peu de chances d’aboutir: «Malheureusement, les pandas sont gros et mignons». Mais il y a bien une deuxième espèce dont il verrait bien l’extinction: «les humains». Ce qui est déjà plus envisageable.