Romance Giscard d’Estaing/Lady Di: la presse britannique mène l’enquête

REVUE DE PRESSE Shocking pour les Britanniques, cette rumeur qui touche à l'une de leurs icônes déchaîne les passions...

Oriane Raffin

— 

Valéry Giscard d'Estaing et Lady Di, de passage à Paris, le 28 novembre 1994.
Valéry Giscard d'Estaing et Lady Di, de passage à Paris, le 28 novembre 1994. — SIPA
L'ancien président français, Valéry Giscard d’Estaing, évoque dans un livre à paraître une romance entre un président et une princesse. Un président qui ressemble à VGE et une princesse qui ressemble à Lady Di. Une romance dont on ne sait pour l’instant si elle est issue de l’imagination de la littérature ou si elle est avérée. Du coup, les médias britanniques mènent l’enquête sur ce président «qui est connu pour ses amourettes», raconte The Independent.

«Un nouvel acteur a rejoint le casting divers de personnages qui assurent avoir joué un rôle dans la vie amoureuse turbulente de Diana, princesse de Galles», note le Times. Est-ce le «produit de l’imagination vive d’un Français», comme l’évoque le DailyMail? «Simplement l’imagination littéraire d’un vieil homme avec des étincelles dans les yeux», comme se demande le Guardian? Ou plutôt une «sensationnelle révélation», comme le souligne The Independent?

«Sous le charme de ses immenses yeux bleus»

Pour le Mirror, certains éléments tendent à montrer que l’histoire serait vraie: notamment la référence à l’adultère du mari de la princesse «Patricia», «vu comme une référence claire à l’histoire entre le Prince Charles et Camilla Parker Bowles», et aussi la succession de rencontres entre le président et Patricia «dans des événements réels auxquels ont assisté Giscard et Diana». Par exemple un dîner en marge du G7, rappelle le Telegraph.

La princesse Patricia «passe son temps à travailler bénévolement pour les victimes du sida et des mines antipersonnelles», s’amuse The Independent, y voyant là une allusion à peine cachée aux œuvres caritatives de Lady Di.

Autres indices, détaille le Times, les «roses rouges (de Valéry Giscard d’Estaing, ndlr) ont été les premières fleurs livrées à l’hôpital parisien après l’accident de voiture, en 1997». Deux ans avant l’accident, reprend le quotidien, VGE aurait confié à une journaliste être «sous le charme des “immenses yeux bleus“ de la princesse»... «J’ai découvert qu’elle ressemblait à un chat. Elle bouge sans bruit», aurait également déclaré à la presse l’ancien président français. Ce que se plaît à rappeler le Times, dont le ton est visiblement amusé. Imaginer un vieux président, aujourd’hui âgé de 83 ans, avec leur jolie princesse, cela pourrait bien nourrir les conversations de l’automne en Angleterre. Reste que, pour l’instant, aucun journal britannique n’accrédite ni n’infirme cette idée.
 
«Bon, la princesse Diana n’est plus là pour réfuter l’information, mais je suppose que ça va l’aider, lui, VGE, à vendre plus d’exemplaires», note, pragmatique, un lecteur du Sun, dans les commentaires.