Rachida Dati s'est fait souffler son job de rêve au Parlement européen

UE Elle ne sera pas rapporteur pour le projet de loi sur les fonds spéculatifs...

Avec agence

— 

C'est la rentrée des classes pour les eurodéputés. Rachida Dati, fraîchement élue, assiste à la séance inaugurale au Parlement européen, à Strasbourg, mardi 14 juillet 2009.
C'est la rentrée des classes pour les eurodéputés. Rachida Dati, fraîchement élue, assiste à la séance inaugurale au Parlement européen, à Strasbourg, mardi 14 juillet 2009. — REUTERS/Yves Herman

Elle le voulait, elle ne l'a pas eu. Rachida Dati s'est fait souffler le poste de rapporteur pour le projet de loi sur les fonds spéculatifs au Parlement européen, par un de ses collègues eurodéputés UMP, Jean-Paul Gauzès.  Pas vraiment bon camarade, ce dernier explique pourquoi le job n'était pas vraiment pour Rachida Dati. «Je ne pouvais pas donner un rapport à quelqu'un qui vient d'arriver, qui n'a pas de technique parlementaire, un rapport aussi important pour lequel aussi il faut avoir des relations avec d'autres groupes.»

>> Pour comprendre à quoi sert un eurodéputé, cliquez ici

Pas vraiment du goût de l'attachée parlementaire de Rachida Dati pour qui Jean-Paul Gauzès, s'est en réalité «auto-attribué» le rapport sur les fonds spéculatifs. «Il est  très bon, mais il a déjà eu le rapport sur les agences de notation.»

Le rapport est important, mais «ce n'est pas blig-bling»

L'ancienne ministre de la Justice n'aurait pas non plus mâché ses mots. «Elle a pris  la parole pour dire que c'était inadmissible que je m'autodésigne», tempère Jean-Paul Gauzès. «J'ai eu mon premier rapport en 2006, alors que j'étais rentré au Parlement européen en 2004», note ce juriste. «C'est un rapport  phare, parce que le G20 en parle. Mais ce n'est pas bling bling au sens de  Voici ou Gala.»

«Si on veut être puissant au Parlement  européen, il faut être nombreux. Ici ce n'est pas de l'égo surdimensionné qu'il faut, c'est de l'humilité pour travailler avec les autres, qui ont des langues et des cultures différentes. On se fait une place petit à petit», conclut-il.

Rachida Dati pourra se consoler avec le suivi d'un rapport sur «la proposition de Règlement concernant le programme européen d'observation de la Terre (GMES)». Officiellement, elle est ravie.