Un suspect arrêté dans l'affaire de l'emmurée de Yale

ETATS-UNIS Les empreintes génétiques d'un technicien de laboratoire vont être comparées à celles relevées sur les lieux du crime...

J. M. avec agence

— 

Le corps d'Annie Le a été retrouvé emmuré dans un laboratoire de la prestigieuse université de Yale, le 13 septembre 2009.
Le corps d'Annie Le a été retrouvé emmuré dans un laboratoire de la prestigieuse université de Yale, le 13 septembre 2009. — Ho New/REUTERS

Un technicien de laboratoire a été arrêté ce jeudi dans le cadre de l'enquête sur le meurtre de l'étudiante retrouvée «emmurée» dans un laboratoire de l'université de Yale le jour de son mariage. Raymond Clark, dont l'appartement avait été perquisitionné et qui avait déjà été entendu, a été trahi par son ADN, selon la police de New Haven.

La veille, la police scientifique du Connecticut avait livré les conclusions de l'autopsie pratiquée sur le corps de la jeune femme, concluant que celle-ci aurait été étranglée.

>> Pour connaître le début de l'affaire, cliquez ici

Raymond Clark n'aurait pas passé sereinement l'épreuve du détecteur de mensonges, et présenterait des marques suspectes de griffures sur le torse. Il n'avait pas été inculpé dans un premier temps, mais ses empreintes génétiques avaient été relevées.

Ces dernières devaient être comparées à celles retrouvées dans le laboratoire où le corps de la jeune femme a été dissimulé dans une cloison dévissée, puis revissée. Des vêtements ensanglantés auraient notamment été retrouvés sur les lieux, dont on estime qu'ils appartiennent au tueur.

Excédé par la façon dont la victime traitait les souris de laboratoire

«Si nous trouvons une preuve qui nous décide à le re-convoquer, nous le re-convoquerons. Mais, pour le moment, nous ne pouvons pas le retenir», avait prévenu mercredi Jessica Mayorga, porte-parole de la police de New Haven, la ville dans laquelle se trouve Yale. L'homme avait alors été placé sous surveillance policière.

Raymond Clark était excédé par la façon dont Annie Le traitait les souris de laboratoire lors de ses expériences scientifiques, selon le Daily News. L'éditorialiste Michael Daly a révélé dans le quotidien populaire new-yorkais que «les enquêteurs se demandent si Clark était frustré, si son agacement se serait transformé en haine».