Un général français «très apprécié» à la tête de l'un des commandements suprêmes de l'Otan

PORTRAIT Selon la description de ses collaborateurs, le général Abrial a tout du parfait militaire, droit et travailleur...

C.C. avec agence

— 

 
  — NATO / SIPA

Il vient de prendre la tête du Commandement allié de la Transformation (SACT) de l’Otan. Le général Stéphane Abrial, deux jours après son 55e anniversaire, a été accueilli ce mercredi par l’armée US sur son sol, à Norfolk (Virginie). La cérémonie de passation de pouvoir se déroulait sur le pont du porte-avions géant de l’US Navy, l’USS Dwight D. Eisenhower.

Le général des Marines James N. Mattis a donc laissé officiellement son poste à Stéphane Abrial, l’un des officiers français les plus gradés avec cinq étoiles au compteur, le maximum. Cette nomination est considérée comme un symbole du retour de la France au sein du commandement de l’Otan et du «renforcement du rôle des Européens au sein de l'Alliance» souligne le général Abrial. Selon un proche officier, joint par 20minutes.fr, l’ex-chef d’état-major de l’armée de l’air française le méritait: «Son parcours va de soi. Il a la culture opérationnelle, politique et internationale.»

Un parcours cinq étoiles

La lecture de son C.V. le confirme. Après une carrière de pilote de chasse, Stéphane Abrial est passé par tous les cabinets importants, de celui du Chef d’Etat-major des armées (1995) à celui du président de la république (2000-2002) en passant par celui du Premier ministre (2002-2005).

Dans les années 1980, il a en outre été commandant d’escadrille au sein de la Luftwaffe, l’armée de l’air allemande, et formateur de la flotte aérienne militaire grecque. En 1991, il a suivi une formation dans une école de l’air américaine avant d’être promu officier de l’Etat-major international de l’Otan à Bruxelles, de 1996 à 1999.

Marié à une Bavaroise, Stéphane Abrial est trilingue, tout comme ses deux enfants qu’il a emmené avec lui à Norfolk. Il manquera à ses collaborateurs de l’Etat-major de l’armée de l’air dont il était à la tête depuis 2006. L’officier contacté par 20minutes.fr le présente comme un «serviteur de l’Etat, un énorme travailleur qui ne laissait rien en souffrance.» Sa grande taille (1m92) lui donnait un air impressionnant mais il était au contraire «très facile à aborder, toujours souriant et de bonne humeur».

A peine arrivé, déjà au travail

Sitôt traversé l’Atlantique, il a annoncé qu’il comptait se mettre au boulot «dès mercredi midi» (soit 18h, heure française) avec comme «tout premier dossier, le lancement, côté militaire, des travaux sur le nouveau concept stratégique de l'Alliance atlantique

«C’est la première fois depuis la création de l'Alliance qu'un commandement de niveau stratégique est confié à un non-Américain», a noté ce mardi l’officier. Et ce ne sera pas le dernier selon Jean-Dominique Merchet, le spécialiste des questions militaires à Libération. Sur son blog, le journaliste indique que, désormais, «le SACT sera toujours (confié à) un Français, alors que son adjoint sera alternativement un Italien et un Polonais». Près de 1.250 militaires français doivent également rejoindre les états-majors de l'Otan d'ici à 2012.