Emeutes au Gabon: «La morgue était pleine» à Port-Gentil

AFRIQUE Le nombre de morts serait cinq fois supérieur à celui annoncé officiellement, selon l’opposition…

Avec agence

— 

Port-Gentil est cernée par les barricades.
Port-Gentil est cernée par les barricades. — AFP
Bataille de chiffres macabre entre le gouvernement et les opposants gabonais. Alors que le bilan officiel des morts à Port-Gentil s’élève à 3 personnes, Pierre-André Kombila, député et figure de l'opposition, annonce au moins 15 victimes. Selon lui, le bilan final pourrait se chiffrer en dizaines de morts depuis l'élection à la présidence contestée d'Ali Bongo.

Médecin de formation, Pierre-André Kombila, candidat à la présidentielle de 1998 et plusieurs fois ministre, a soutenu à la dernière présidentielle l'opposant Pierre Mamboundou, dont Port-Gentil est un fief.

>> Pourquoi Port-Gentil est-elle le foyer des troubles? Pour le savoir, cliquez ici

Pierre-André Kombila a fait état d'informations provenant de la morgue de l'hôpital de Ntchengue (sud de la cité pétrolière) «où il y avait 15 corps» après les violences qui ont secoué la capitale pétrolière du Gabon du 3 au 6 septembre. «Celle-ci est pleine. Il nous reste à voir celle de l'hôpital Paul Igamba», a-t-il dit.

Corps jetés depuis les hélicoptères

«Il y a eu plusieurs dizaines de morts à Port-Gentil, selon les différents témoignages que j'ai reçus», a-t-il précisé. «Il y a une rumeur qu'il faut vérifier: c'est que l'armée prend les corps et les jette en mer en hélicoptère. Il faut mettre en place une enquête internationale, en interrogeant les forces de l'ordre honnêtes, on devrait arriver à la vérité».

>> A lire également, tous nos articles sur le Gabon, cliquez ici.

Interpellations
Selon le député, il y a actuellement «311 détenus, dont une vingtaine de femmes», arrêtés dans le cadre de ces émeutes alors que le ministre de l'Intérieur avait parlé dimanche d'une soixantaine d'interpellations.