Polémique sur les violences

— 

Le bilan officiel des violences qui ont éclaté à Port-Gentil, dans l'ouest du pays, vendredi après l'annonce des résultats de la présidentielle, ne fait pas l'unanimité. L'opposition gabonaise, qui conteste toujours la victoire d'Ali Bongo, a affirmé que « le nombre de morts occasionné par la répression de l'armée est bien plus élevé » que ne l'admet le nouveau pouvoir. Des accusations réfutées par le ministère de l'Intérieur, qui maintient que les émeutes n'ont fait que trois morts. Hier, trois ONG faisaient état de trois victimes supplémentaires, et l'agence AFP évoquait un bilan « d'au moins six voire sept morts ». W