Paris accuse El-Baradei de cachotteries

— 

La tension monte entre la France et l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA). Paris accuse son directeur, Mohamed El-Baradei, d'avoir dissimulé des informations prouvant que le programme nucléaire iranien avait des visées militaires. El-Baradei a beau s'en être défendu hier, Paris est revenu à la charge . La France a reçu de l'AIEA « un briefing ouvert à l'ensemble des Etats membres », a expliqué le Quai d'Orsay, mais « toutes ces informations ne sont pas reflétées dans le rapport au Conseil des gouverneurs », réuni depuis hier à Vienne pour sa session de septembre.

De son côté, le président iranien a affirmé hier que « la question nucléaire était close » à ses yeux et que son pays n'était pas prêt à discuter de ses droits « indéniables » en matière nucléaire, tout en n'écartant pas un dialogue « juste » avec le groupe des « 5 + 1 », qui comprend les membres permanents du Conseil de sécurité (Etats-Unis, Russie, Chine, France, Grande-Bretagne) et l'Allemagne. W