Gabon: 16 candidats demandent un nouveau comptage des voix

PRESIDENTIELLE Selon l'opposition, le nombre de morts lors des violences post-électorales à Port-Gentil est «bien plus important»...

Avec agence

— 

Des partisans d'un des candidats à l'élection présidentielle au Gabon, Pierre Mamboundou, manifestent à Libreville le 2 septembre 2009, dans l'attente des résultats.
Des partisans d'un des candidats à l'élection présidentielle au Gabon, Pierre Mamboundou, manifestent à Libreville le 2 septembre 2009, dans l'attente des résultats. — I. SANOGO / AFP

Un collectif de 16 candidats malheureux à la présidentielle du 30 août au Gabon (sur 23 candidats initiaux), dont l'ex-ministre de l'Intérieur André Mba Obame et Pierre Mamboundou, qui revendiquent chacun la victoire, a demandé lundi dans une déclaration commune un «nouveau comptage des voix» du scrutin.

>> A lire également, tous nos articles sur le Gabon en cliquant ici.

Le collectif estime que les résultats annoncés le 3 septembre ont été l'objet «de graves manipulations», qu'il y a eu «de scandaleux bourrages des urnes» et «d'incompréhensibles gonflements des listes électorales».

Une «commission d'enquête»

L'opposition indique par ailleurs que le nombre de morts lors des violences post-électorales à Port-Gentil est «bien plus important» que le bilan officiel de trois morts.

Le collectif a demandé «la mise en place d'une commission d'enquête internationale pour déterminer la gravité des faits, les violations des Droits de l'homme ainsi que les responsabilités de ce véritable bain de sang».

>> Pourquoi Port-Gentil est-elle le foyer des troubles? Pour le savoir, cliquez ici

Sarkozy félicite Bongo

Après les dirigeants libyen Mouammar Kadhafi, camerounais Paul Biya, le roi du Maroc Mohammed VI, Nicolas Sarkozy a adressé lundi ses «félicitations» et «voeux de succès» à Ali Bongo Ondimba, fils du président défunt Omar Bongo, élu le 3 septembre pour un mandat de sept ans.