Grippe A (H1N1): le virus pourrait finalement ne pas muter

SANTE C'est une étude de l'université du Maryland menées sur des furets qui l'affirme...

J.M.

— 

Le virus H1N1 de la grippe porcine isolé au cours de l'épidémie de 1976, aux Etats-Unis.
Le virus H1N1 de la grippe porcine isolé au cours de l'épidémie de 1976, aux Etats-Unis. — Ho New / REUTERS

On craignait qu'il ne revienne encore plus fort de son voyage mais le virus de la grippe A (H1N1) ne devrait finalement pas muter. C'est en tout cas ce que prétend une étude de l'université du Maryland qui démontre qu'il n'a pas la capacité de se recombiner avec d'autres souches.

>>> Retrouvez tous nos articles sur la grippe A H1N1 en cliquant ici.

Les chercheurs affirment l'avoir démontré en étudiant des furets infectés par trois différents virus de la grippe. Selon les résultats de leurs recherches, le virus H1N1 se développe au détriment des autres.

Un argument en faveur de la vaccination


Le virologue Daniel Perez, principal auteur de l'étude, explique que «le virus H1N1 de la pandémie de grippe porcine prend clairement le dessus sur les deux autres principales souches de la grippe saisonnière 2009 et a toutes les caractéristiques d'un pathogène totalement adapté à l'organisme humain».

Son confrère le Dr Anthony Fauci, directeur de l'Institut national américain des allergies et des maladies infectieuses (NIAID) conclut que «ces nouvelles données, bien que préliminaires, montrent la nécessité d'une vaccination contre la grippe saisonnière et la grippe porcine cet automne et cet hiver».